Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Générale
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Générale  
Icône du message Sujet: Dernier livre lu Répondre Nouveau sujet
<< Précédent Page  de 332 Suivant >>
Auteur Message
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13045
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 03 février 2019 à 02:16
Terminé Les Autres d'Alice Ferney. Le sujet et le concept sont intéressants mais c'est trop long, au bout d'un moment on a l'impression que ça tourne en rond.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 07 février 2019 à 07:00
4. « Mr Wens et l'Automate » (L'Ennemi sans Visage) de Stanislas-André STEEMAN, chez Guy Le Prat éditeur, Paris, écrit en 1933, édité en 1943, 185 pages. Français.


Poursuivant d'une part mes lectures ou relectures d'anciens romans policiers et d'autre part augmentant ma collection de livres "rares" j'ai déniché celui-ci à Bruxelles

Je ne le connaissais que de nom.

Un très bon roman, dans le style de l'époque bien évidemment, mais c'est ce que j'aime!

Son côté fantastique m'a beaucoup plu!

Un condamné à la chaise électrique qui accepte un étrange contrat, un savant fou et son fidèle assistant, une grande maison sinistre, des invités effrayés et des crimes bien mystérieux.

Tout se dénoue à la fin quand l'inénarrable inspecteur remet les pendules à l'heure!






Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 07 février 2019 à 07:32

5. « Le Sphinx endormi » (The Sleeping Sphinx) de John Dickson CARR  (Traduit de l'anglais par Maurice-Bernard ENDREBE), Librairie des Champs-Elysées - Editions du Masque, écrit en 1947, édité en 1985, 224 pages.

L'un de mes auteurs policiers - anciens- préférés: John Dickson CARR. J'ai déniché toute une série de ses romans en très bon état à Bruxelles et ici.

J'en ai lu 9 en 2018(voir liste) ! De tous ceux-là, j'en avais lu 2 il y avait fort longtemps et j'en ai découvert 7!

Celui-ci, jamais lu, ne m'a pas déçue: un "mort" qui ressuscite, un crime qui est peut-être un suicide, une ambiance lourde à souhait, des références à d'anciens rites... Tout est réuni pour passer un savoureux moment!

Il faut évidemment aimer les mystères de chambre close, dont le grand modèle reste "Le Mystère de la Chambre jaune" de Gaston Leroux.

J.D. CARR est anglo-saxon, son style est différent et sa façon de penser aussi.

Ce n'est pas tant les intrigues en elle-même que j'apprécie que la façon merveilleuse de les raconter!

Il n'est pas besoin de chercher de la vraisemblance dans celles-ci! Mais tout en privilégiant l'imagination, elles restent parfaitement logiques en leurs conclusion!

Les deux héros principaux de la longue série de ces romans sont Sir Henri Merrivale et le docteur Gédéon Fell, deux personnages hauts en couleurs!

Ci-après, la couverture du volume 4 que je possède. Je fouine pour trouver les 6 autres et en attendant j'achète les petits volumes séparés quand j'en trouve.



Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13045
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 07 février 2019 à 12:53
Deux auteurs que je ne connais pas du tout!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 07 février 2019 à 13:09
Message posté par Grominou2

Deux auteurs que je ne connais pas du tout!


C'est un des plaisirs de notre forum: les découvertes et les échanges!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Errant2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 18 avril 2014
Pays:
Canada
Status actuel: Inactif
Messages: 864
Citer Errant2 Réponsebullet Envoyé : 07 février 2019 à 15:03
Effectivement!

Moi non plus cet auteur ne me disait rien.

Or dans ma caverne numérique d'Ali Baba je découvre que j'en possède plusieurs titres!

Merci de la référence, j'en prend bonne note.
Tant qu'on a pas aimé un animal, une partie de l'âme... reste endormie - Anatole France
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 13 février 2019 à 04:02
Je viens de terminer:

6. "Le Chapeau de Victor Noir"(The Hat of Victor Noir), thriller, d'Adrian MATHEWS traduit de l'anglais par Catherine HAMARD LARGILIER, paru en 1996 en version originale et publié chez Denoël en 2009, 381 pages. 


Voilà un excellent roman que j'ai lu quasi en continu tant il m'a plu.

Le sujet d'abord, d'une grande originalité : le tombeau de Victor Noir, au Père-Lachaise, qui existe réellement, et est un lieu d'un culte assez particulier à la fois romantique et érotique ! Il sert ici de point de départ à une aventure mouvementée et drôlatique !

Le style, ensuite, primordial à mes yeux : excellent ! Vif, corrosif par moments, érudit sans être pédant – j'ai dû aller voir plusieurs fois la signification de certains termes - et plein d'humour. Imprégné d'une profonde philosophie en plus !

Le décor, superbement décrit : beaucoup de lieux situés à Paris, peints en termes si évocateurs que l'on s'y croirait. J'ai pris plaisir à aller les découvrir ou redécouvrir sur Internet, photos à l'appui !

Les personnages, hauts en couleurs, c'est le cas de le dire, un Anglais devenu parisien et un couple d'Afro-Brésiliens. Ils mènent la danse, littéralement la samba et nous entraînent dans une histoire à laquelle il fait bon se laisser prendre !






Voici la photo de ce "pauvre" Victor, avant qu'il ne soit devenu la proie posthume de fétichistes en tout genre!

Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 13 février 2019 à 04:34
Je viens de terminer:


7. « Jack l'Eventreur - Affaire classée, édition définitive » (Portrait of a Killer: Jack the Ripper, Case closed) de Patricia CORNWELL (Traduit de l'américain par Jean ESCH), paru en 2002 en version originale et édité en 2004 au Livre de Poche, 600 pages. 

J'ai posté mon avis sur la section "critiques" comme je le fais pour les livres que je trouve exceptionnels!


Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 10:53
8."La Petite Garçonnière"de Pelham Grenville WODEHOUSE, paru en anglais (The small Bachelor) en 1927, traduit de l'anglais par Marion GILBERT et Madeleine DUVIVIER, édité en français chez Albin Michel, 1932. La présente édition est celle de Marabout, 1954, 220 pages. 

Un jeune hurluberlu, figure récurrente chez Wodehouse, riche, bien sûr, et amoureux, va provoquer toute une série d'incidents autour et à l'intérieur de son appartement, un "penthouse" où défileront une galerie de personnages hauts en couleurs.

Amusante histoire, très légère, quasiment inconsistante, mais pleine d'humour et délassante !
Le style est alerte et agréable, on comprend pourquoi Wodehouse fait partie des écrivains ayant survécu au temps qui passe car il dresse, tout l'air de rien, un portrait assez sarcastique d'un certain type de société, dont les protagonistes ne connaissent que des problèmes qu'ils s'inventent pour tromper leur ennui.
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:03
Fidèle à ma résolution de début de l'année d'alterner littérature moderne et ancienne:

9. « Maître Zacharius » de Jules Verne. Editions France Loisirs, collection «courts romans et autres nouvelles », mars 2005, 94 pages.

Une sorte de longue nouvelle du maître qui s'essaie ici et de magistrale façon à la littérature fantastique.
Une atmosphère parfaitement bien rendue, une intrigue très originale, 4 personnages profondément affectés par les événements, de l'amour, de l'amour filial, du dévouement, tant de sentiments en si peu de pages! Les descriptions sont magnifiques, on entre vraiment dans le coeur des héros et dans les rouages de ces merveilleuses mécaniques!

Maître Zacharius est un horloger de génie, qui vit à Genève. Peu à peu cependant, ses montres et pendules que ses client s'arrachaient hier encore, s'arrêtent définitivement les unes après les autres en même temps que la santé du grand homme diminue. C'est désormais à une course haletante contre la fuite du temps que nous assistons...
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:26
Pour rester honnête, vu le nombre de pages de mes gros thrillers, j'ai lu deux courts romans d'auteurs classiques en suivant. Total: 188 pages!

10. « Les Dimanches d'un bourgeois de Paris » de Guy de Maupassant, aux éditions Magnard, collection « classiques contemporains », 2004, 94 pages.

Le brave et terne monsieur Patissot, personnage central de cette histoire, à qui jamais rien n'est arrivé et qui mène une vie ennuyeuse à l'extrême, se décide à partir à l'aventure tous les dimanches. Des aventures à sa mesure, bien entendu et qui ne le mèneront pas bien loin mais l'obligeront à réfléchir !

Un mini-roman encore, parfaitement bien écrit. Beaucoup de profondeur sous une apparence guillerette, le héros étant dépeint comme un naïf qui semble tout découvrir tardivement. Sous la satire, une sorte d'attendrissement de l'auteur pour son personnage.

Un style excellent et maîtrisé, des personnages vivants, un environnement décrit à la manière des peintres expressionnistes, tout concourt à faire de cette courte lecture un très bon moment!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:31
11.« Vendredi Saint » de Boris STARLING, (Titre original : Messiah, traduit de l'anglais par Philippe VIGNERON), aux éditions de l'Archipel, collection Archipoche , 2016, 560 pages.

Résumé de l'éditeur :

Ce meurtre ne ressemble à rien. Voilà ce que pense le commissaire Red Metcalfe, de Scotland Yard, en découvrant un premier cadavre, celui d'un homme à qui on a coupé la langue et glissé une cuillère à thé en argent dans la bouche… Ce sera la signature du plus terrible assassin que Londres ait connu depuis Jack l'éventreur.
Violent, malsain, presque diabolique, ce roman n'est pas à mettre entre toutes les mains tant il terrorise. L'utilisation du présent renforce la proximité : le lecteur a l'impression de vivre les crimes et l'enquête en temps réel. Le nombre de fausses pistes est un record du genre, les personnages parfaitement campés, la ville elle-même fait peur. Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce très brillant roman qui prend au ventre et hypnotise jusqu'à un dénouement exceptionnel… Bruno Ménard 

Mon avis :

Le magazine Esquire écrivait : « L'une des meilleures histoires de meurtre jamais imaginées » en exergue de ce roman. C'est tout-à-fait mon avis. J'ai lu beaucoup de polars et de thrillers mais celui-ci est exceptionnel. Le style est irréprochable et la progression de l'histoire aussi. On s'enfonce un peu plus dans l'horreur et l'épouvante à chaque meurtre de cet implacable tueur en série. Aucune incohérence dans le déroulement du récit et oui, on s'y croit totalement ! Impossible à lâcher une fois qu'on l'a ouvert ! La fin est tout bonnement foudroyante !

Retour du noir de noir! Cette fois, j'ai été secouée!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:35
12.« Le Monde caché d'Axton House » d'Edgar CANTERO (Titre original : The Supernatural Enhancements, traduit de l'anglais par Paul BENITA), chez 10/18, 2016, 500 pages.


Résumé de l'éditeur :

Agé d’une vingtaine d’années, A. vient d’hériter d’Axton House, un mystérieux domaine niché dans les bois de Point Bless, Virginie. Etrange affaire, en vérité. A. ignorait avoir un cousin éloigné nommé Ambrose Wells, et savait encore moins que le pauvre homme s’était récemment défenestré le jour de son 50e anniversaire – trente ans jour pour jour après son père, et de la même façon que lui...
Composé de notes, de rapports, de lettres, de journaux et d’enregistrements divers, le roman d’Edgar Cantero invente le gothique du XXIe siècle : soit une enquête surnaturelle à nulle autre pareille – une atmosphère à la Carlos Ruiz Zafon, une Maison des feuilles parfaitement accessible – se refermant sur le lecteur tel un piège jusqu’au retournement final


Mon avis :


Un roman très original, qui porte la marque de son auteur, espagnol qui écrit en anglais.
Je dirais qu'il est inclassable et ne le placerais pas dans la catégorie des thrillers.
C'est un récit étrange et ténébreux, entièrement rédigé par le truchement des entrées d'un journal, de   transcriptions d'enregistrements audio et descriptions d'enregistrements vidéo, d'extraits d'ouvrages, d'entretiens, ponctués de quelques images et croquis. Une demeure sombre et mystérieuse, un jardin qui renferme un labyrinthe, une pièce cachée dans les profondeurs des murs, un trésor très spécial, des personnages extraordinaires... Une atmosphère onirique qui rappelle parfois Lewis CARROLL...

Pour amateurs de décryptages de langages codés. Je n'ai pas tout compris, loin s'en faut ! Mais je me suis fait une idée de l'ensemble. La fin est totalement imprévue !
Passionnant, je n'ai pu le lâcher en dépit des difficultés, car j'ai été entraînée par les deux héros, fort attachants !
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:37
13.« Le brouillard tombe sur Deptford » d'Ann GRANGER (Titre original : « The Dead Woman of Deptford » traduit de l'anglais par Jean-Baptiste DUPIN, chez 10/18, collection Grands Détectives, 2017, 357 pages.

Résumé de l'éditeur :

Londres, époque victorienne. Par une froide nuit de novembre, le docker Harry Parker trébuche sur un cadavre dans une ruelle de Deptford. Que venait faire Mme Clifford, si chic, si bien vêtue, dans cette partie peu fréquentable de la ville ? Chargé de l’enquête par Scotland Yard, l’inspecteur Ben Ross ne trouve aucun témoin. De son côté, sa femme Lizzie tente d’étouffer un scandale : Edgar Wellings, un ami de la famille, souffre d’addiction au jeu. Mais le pire reste à venir : Wellings semble être le dernier à avoir vu Mme Clifford vivante… Et que penser de son excellente raison de la tuer ?


Mon avis :


Je découvre cette auteure avec grand plaisir.

Bien que ce roman fasse partie d'une série, on peut le lire indépendamment des autres.
L'inspecteur Benjamin Ross et sa femme Elizabeth forment un couple sympathique et ils sont complémentaires.
Le récit est clair et le style impeccable. L'histoire est assez simple mais reste intrigante jusqu'au bout. Beaucoup de rebondissements dans une atmosphère sinistre à souhait et dans laquelle le brouillard joue un rôle de premier plan !
Une autre histoire, intelligemment conduite, se mêle à la première.
Des personnages bien décrits, aux caractères trempés, un humour discret, ces ingrédients s'ajoutent à l'ensemble pour former un polar solide et de facture classique.
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 11:39
14.« Le Dingue au bistouri » de Yasmina KHADRA, J'ai Lu, 2007, 155 pages.


Résumé de l'éditeur :

Alger en hiver. Ce jour-là, le commissaire Llob est d'humeur maussade, et le coup de téléphone qu'il reçoit n'arrange rien. Un mystérieux correspondant le prévient qu'il va commettre un crime.
Le Dingue au bistouri, comme la pressé ne tarde pas à le surnommer, frappe ainsi les premiers coups de sa sinistre carrière de tueur en série. Est-ce un fou ? Un pervers ? Llob ne le croit pas.


Mon avis :

On ne présente plus Yasmina KHADRA, un écrivain d'exception.
Algérien d'origine, il écrit dans un français d'une pureté rare et dans un style admirable.
Je l'ai découvert il y a deux ans environ et il m'a touchée et impressionnée...
J'étais curieuse de savoir ce qu'il ferait comme auteur de polar.
Ecrit en 1999, ce roman est le premier de la série « commissaire Llob ».
C'est un excellent livre, sobre et cru, d'un langage totalement différent de celui des autres oeuvres de Khadra. Aux antipodes même. Quel talent !
L'histoire est terrible et les crimes glacent le sang.
Le commissaire est un personnage qui remplit toutes les pages sans être un héros invulnérable.
L'état de décomposition de l'Algérie des années 90 est palpable. Il ne fait pas de cadeau...
A découvrir pour les curieux d'un genre unique !


Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Taffy
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 19 mars 2012 Status actuel: Inactif
Messages: 3335
Citer Taffy Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 13:18
J'ai le #12 dans ma BAL.

Pour ma part j'ai lu 2 livres ce mois-ci (pour l'instant).

-Cosmétique de l'ennemie --> Amélie Nothomb

-Les justes --> Albert Camus
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13045
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 17:09
Le Cantero est tentant!

Commissaire Llob, j'en ai lu quelques uns de la série, j'avais bien aimé le fait qu'il nous dresse un portrait de l'Algérie en arrière-plan de ses enquêtes policières.

.Taffy, qu'as-tu pensé de ces deux romans?
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Taffy
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 19 mars 2012 Status actuel: Inactif
Messages: 3335
Citer Taffy Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2019 à 18:21
Le cantero s'est le #12.

Pas grand chose.
Pas un nothomb que j'ai aimé.
Les justes vite lu, vite oublié.
ça m'a un peu fait pensé au théâtre de Sartre (son ''concurent'').
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 07 mars 2019 à 01:51
Le Cantero est excellent.mais surprenant. Rien voir avec tout ce qu'on connait. Original.
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1464
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 25 mars 2019 à 15:20
16. « La Maison de la Peste » John Dickson CARR (« The Plague Court Murder », paru en 1934, traduit de l'américain par Jacqueline HALMOS), Editions du Masque, 1982, 320 pages.

Résumé :

Pour moi, l'histoire a commencé le 6 septembre 1930. Le jour où Dean Halliday m'a demandé si j'accepterais de passer la nuit avec lui dans une maison hantée... La Maison de la Peste, celle dont il avait hérité après le suicide de, son frère James.
Je m'ennuyais, la proposition ne pouvait mieux tomber. J'ai accepté à condition que l'inspecteur-chef Masters nous accompagne. (Il a toujours adoré ce genre d'affaires, et c'est un spécialiste de la détection des faux médiums.)
Personnellement, j'étais sceptique, mais tout prêt à m'incliner devant une preuve irréfutable. (Mais qu'est-ce qu'une preuve irréfutable?)
Nous voilà donc partis à chasser le fantôme... mais aussi le voleur, en chair et en os, du poignard bizarrement disparu du London Museum...

Source : Le Masque, Librairie des Champs Elysées

Mon avis:

Pas le meilleur de l'un de mes auteurs de polars préférés.

L'intrigue est embrouillée et les personnages nombreux et difficiles à distinguer les uns des autres. J'aime les mystères de chambre close mais celui-ci me laisse dubitative. Trop de part au fantastique pur et une fin assez bâclée et qui déçoit par rapport au reste de l'histoire.




17. « Le Fantôme de Bakerstreet » de Fabrice BOURLAND Editions 10/18 collection Grands Détectives, 2008,245 pages.


Résumé :

Londres, 1932. Depuis que la municipalité a attribué à la maison du major Hipwood le n° 221 à Baker Street, le salon du premier étage semble hanté. S'agit-il d'un esprit, comme le prétendent certains ? Existe-t-il un lien entre ces manifestations et la série de crimes qui ensanglante Whitechapel et les beaux quartiers du West End ? Motivée par un funeste pressentiment, lady Conan Doyle, la veuve de l'écrivain, sollicite l'aide de deux détectives amateurs, Andrew Singleton et James Trelawney. Lors d'une séance de spiritisme organisée à Baker Street, ces derniers découvrent avec effarement l'identité du fantôme. Et quand ils comprennent que les meurtres à la une des journaux imitent ceux commis par Jack l'Eventreur, Dracula, Mr Hyde et Dorian Gray, nos jeunes enquêteurs sont entraînés dans une aventure qu'ils ne sont pas près d'oublier. Un hymne enflammé à la littérature victorienne et à ses monstres sacrés !

Mon avis :


Amusant à lire et intéressant pour les nombreuses références à la littérature fantastique et policière anglaise du 19ème siècle.
Un bon style , certes, mais une histoire fort alambiquée et très peu vraisemblable. Elle ne fait pas vraiment peur, étant surtout grand-guignolesque !
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
<< Précédent Page  de 332 Suivant >>
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.309 secondes.