Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Critiques
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Critiques
Icône du message Sujet: Vauban__Daniel HALEVY Répondre Nouveau sujet
Auteur Message
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6833
Citer denis76 Réponsebullet Sujet: Vauban__Daniel HALEVY
    Envoyé : 01 janvier 2021 à 04:09
J'ai plein de choses à dire, car le livre est "riche" d'informations !
Tout le monde a vu les fortins bas et étoilés de Vauban, qui émaillent la France.
Bas, pour que les boulets ennemis ne détruisent pas les murs ;
étoilés pour ne laisser aucun angle mort.
.
Quel phénomène, ce Vauban ! J'aurais aimé avoir un patron pareil !
Ingénieur (de « génie »), savant, humain, courtois mais impétueux, organisateur, empathique, qui a son franc-parler, recruteur, « père » de tous les soldats, « protecteur » de la France, soldat, habile, terrassier, qui observe et connaît son terrain et l'hydraulique, généreux, avec un jugement sûr, courageux, serviteur fidèle du roi et de Louvois, constructeur de cent fortins, maître terrassier des sièges de quarante villes, et enfin Maréchal, etc...
. Il aurait dû être le ministre principal de Louis XIV, mais extrait de petite noblesse du Morvan, il est barré par « les Grands », dont la majorité sont des incapables.
.
De 1660 à 1700, il a fortifié, sécurisé les frontières de la France, donné des conseils judicieux à Louis, par l'intermédiaire de son ministre Louvois ; Louis trop téméraire, trop plein de gloriole mal placée, qui dépense des fortunes à construire Versailles et à refaire la guerre à l'Espagne des Pays Bas parce qu'elle n'a pas payé la dot de la reine Marie-Thérèse ! Personne n'ose prendre la responsabilité de lui faire remarquer, mais, dans son domaine, les constructions, Vauban a son franc-parler, d'abord avec Louvois, puis directement avec le roi à la mort de Louvois en 1691.
.
J'ai aimé cette biographie, car l'auteur, Daniel Halévy a, lui aussi, un style direct, riche en informations, il y a beaucoup de témoignages et des passages entiers de lettres sont communiqués, nous apprenant l'esprit de l'époque. Vauban s'appelle Sébastien Leprestre, né en 1633, et c'est un homme de terrain.
Il est très bien cerné par l'auteur, et l'on peut facilement imaginer ce diable d'homme, qui aurait fait beaucoup mieux pour la France que ce qui a été fait, en particulier...
.
1 ) quand le roi veut venger la promesse non tenue de l'Espagne, la guerre de dévolution, et la deuxième guerre contre Guillaume d'Orange : bilan : un million de morts qui auraient pu travailler en paix et enrichir la France, alors qu'à la suite de ça, elle est exsangue. Vauban, humaniste, économisa toujours la vie des hommes, et pas orgueilleux, n'aurait pas gaspillé un million de vies à gagner quoi ? Une petite bande frontalière, l'accès au Rhin et la Comté ? Une victoire à la Pyrrhus !
.
2 ) Pour accéder au Paradis, conditionné par les jésuites ( il faut lire « Les Provinciales » ), Louis pense se racheter en révoquant l'Édit de Nantes ( 1675 ) du bon roi Henri IV ! Par plusieurs extraits, l'auteur montre que Vauban, diplomatiquement, est opposé à cette mesure, d'abord parce qu'il perd de précieux hommes de son équipe, mais aussi en montrant au ministre qu'avec la façon inhumaine dont sont traités les protestants des campagnes, cent mille d'entre eux émigrent, ce qui fait une perte considérable pour le royaume.
.
Je n'aime pas Louis XIV, j'adore Vauban, qui, tel un fidèle adorateur de son roi, lui donne sans arrêt de précieux conseils, sous forme de mémoires, pour l'attaque de villes proches de la frontière ( « N'allez pas voler le papillon ! » lui dit-il sans cesse, tenez le pré carré ).Cet homme a bétonné les frontières de la France, sans arrêt sillonnant les routes du pays, donnant des directives à ses équipes. Humain, il a vu, en 40 ans, les conditions de vie des paysans se dégrader à cause de la hausse des impôts dus au financements des guerres incessantes de son roi, qui sacrifia un million d'hommes en quarante ans pour quelques territoires gagnés ( Artois, Alsace, Comté ) : le « jeu » en valait-il la chandelle ?
Le dernier combat, à plus de 70 ans, de Vauban, ( Sébastien Leprestre, seigneur de Vauban, et enfin maréchal de France, fut pour le petit peuple qu'il aimait tant, et c'est dramatique, mais pas étonnant : le roi, cette fois, ne l'écouta pas, Vauban en est mort.
L'objet du délit est un gros mémoire, un essai : « La dîme du Roi ».
V'latypas que Monsieur de Vauban se permet, pour la première fois, de sortir de son domaine, « le génie », pour s'attaquer aux impôts ! La dîme du roi, impôt unique proportionné aux revenus, et collecté directement par les gens du roi, sans magouilles des nombreux intermédiaires, serait la solution pour rassurer le petit peuple, celui qui est la force vive, productrice du pays, celui sans qui le roi n'est rien. Et il s'attaque aux financiers, usuriers, intermédiaires, qui sont la source de la pauvreté. Quel tabou a-t-il soulevé ! Ne sait-il pas que déjà, à cette époque, ceux-ci ont une puissance redoutable, qui payent les gens pour qu'ils se taisent ? le mémoire fait grand bruit, le roi, pour une fois, ne répond pas.
« Mon Roi m'a abandonné ! »
.
En lisant Hannah Arendt, je constate que Vauban et Robespierre se rejoignent, à presque un siècle de distance. Ce dernier, comme Vauban, était préoccupé par la pauvreté :
« La république ? La monarchie ? Je ne connais que la question sociale" .
Louis XIV eût été plus ferme, eût approuvé Vauban, nous aurions peut-être fait l'économie de cette révolution française, et surtout de ses morts :
« Deux millions de morts : tel semble être, aux seuls dépens de la France, le coût des guerres de la Révolution et de l'Empire. » (démocratie-royale ).
.
1708 : maintenant que Vauban n'est plus là, de jeunes maréchaux prétentieux commandent les armées n'importe comment. Ils perdent une guerre contre les Anglais, Louis peut garder la Comté et Lille, à condition de leur donner Dunkerque, après avoir détruit toute sa défense : c'était le chef d'oeuvre de Vauban !
.
Bon, c'est décidé, après Mazarin, décédé en 1661, ma reine Louise XIV (qui ne s'appelle plus Amélie ) va prendre Vauban comme premier ministre, quitte à faire un scandale auprès des Grands, qui peuvent émigrer, ce ne sera pas une grosse perte !
.
« Vauban » est un livre riche de détails, et passionnant !
IP IP Noté
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.078 secondes.