Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Critiques
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Critiques
Icône du message Sujet: La Vérité sur l'Affaire Harry Québert_Joël DICKER Répondre Nouveau sujet
Page  de 2 Suivant >>
Auteur Message
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Sujet: La Vérité sur l'Affaire Harry Québert_Joël DICKER
    Envoyé : 04 juillet 2013 à 14:24
La Vérité sur l'Affaire Harry Québert par Joël DICKER aux Editions de Fallois/L'Age d'Homme, 2012.





Voici un roman tout-à-fait original par la forme et par le fond.

L'auteur est d'origine suisse et c'est donc un livre écrit en français et non traduit ni de l'américain ni de l'anglais comme le souligne si justement le critique littéraire dans le rabat de la jaquette de présentation.

L'action se déroule cependant en Nouvelle-Angleterre et les descriptions sont très exactes ainsi que toute l'atmosphère du roman, le caractère des personnages et le déroulement même de l'action. L'auteur a vécu là-bas et sa connaisance des lieux et des êtres est profonde.

L'histoire? Un romancier débutant fait la connaissance d'un vieux routier de l'écriture et ils nouent une amitié solide. Une jeune fille, qui se trouve être l'amour de la vie de l'un des deux hommes, disparaît...

Impossible d'en dire plus sans dévoiler une superbe intrigue aux rebondissements incessants jusqu'à la dernière page.

Le fil conducteur de tout le roman est la difficulté d'écrire un premier et surtout un deuxième livre quand on a connu un succès foudroyant. Avec un sujet bien souvent abordé, l'auteur trouve moyen de nous emmener
avec lui dans sa réflexion, d'une manière intelligente et subtile. Tout au long des chapitres qui sont numérotés en ordre décroissant, pour une raison qui nous sera dévoilée tout à la fin, nous sommes entraînés dans un suspense habilement mené, où chaque piste que l'on croit avoir trouvée nous mène dans un cul-de-sac pour mieux repartir vers d'autres voies...

Une belle "mise en abyme"!



Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13547
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 04 juillet 2013 à 15:29
Je ne lis ta critique qu'en diagonale, juste assez pour voir que tu l'as apprécié, car j'ai bien l'intention de le lire! Je reviendrai ici donner mon avis...
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Toofunky
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 novembre 2011 Status actuel: Inactif
Messages: 718
Citer Toofunky Réponsebullet Envoyé : 05 juillet 2013 à 05:24
Comme c'est un auteur suisse, je ne pouvais passer à côté et je l'ai lu à sa sortie...je me suis régalée...une bonne construction d'intrigues et un bon suspens...

...Super critique Lélia...
Ne désespérez jamais...faites infuser davantage...
IP IP Noté
Yafa
Jaseur
Jaseur

Depuis le: 15 février 2012
Pays:
Canada
Status actuel: Inactif
Messages: 40
Citer Yafa Réponsebullet Envoyé : 05 juillet 2013 à 12:33
Bonjour Lélia ,
J’ai lu ce livre et moi aussi j'ai apprécié la trame et le style du jeune auteur.
Je pense que Joël DICKER a réussi à refléter les peurs de tous les auteurs face à la page blanche et à leur incapacité de produire un deuxième œuvre à la hauteur de leur premier succès. Le monde littéraire du jeune auteur héros du roman et son mentor et ancien prof est entouré de mystère et de danger.
Hâte de lire tes nouvelles critiques.
Yafa
"When people are laughing, they're generally not killing one another." — Alan Alda
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 08 juillet 2013 à 13:12
Message posté par Toofunky

Comme c'est un auteur suisse, je ne pouvais passer à côté et je l'ai lu à sa sortie...je me suis régalée...une bonne construction d'intrigues et un bon suspens...

...Super critique Lélia...


MERCI
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 09 juillet 2013 à 10:07

Merci Lélia. J'ai bien hâte car j'adore les mises en abyme, et je sais que le pourcentage est fort que j'aime si tu as aimé.

Toutefois, tout comme Grominou, j'ai lu ta critique du bout des yeux, parce que j'ai réservé le bouquin à la biblio et ça ne devrait pas trop tarder.

Ça fait deux critiques que je vois au sujet de ce livre et les deux semblent très emballées. J'ai bien hâte de le lire.






*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 14 juillet 2013 à 12:18
Message posté par Yafa

Bonjour Lélia ,
J’ai lu ce livre et moi aussi j'ai apprécié la trame et le style du jeune auteur.
Je pense que Joël DICKER a réussi à refléter les peurs de tous les auteurs face à la page blanche et à leur incapacité de produire un deuxième œuvre à la hauteur de leur premier succès. Le monde littéraire du jeune auteur héros du roman et son mentor et ancien prof est entouré de mystère et de danger.
Hâte de lire tes nouvelles critiques.
Yafa


Merci pour ton commentaire, je ne place de critiques dans cette section que quand je tombe sur un livre qui me paraît vraiment sortir de l'ordinaire!Toujours contente de te retrouver ici ou sur une autre page!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 14 juillet 2013 à 12:19
Message posté par * Ça *


Merci Lélia. J'ai bien hâte car j'adore les mises en abyme, et je sais que le pourcentage est fort que j'aime si tu as aimé.

Toutefois, tout comme Grominou, j'ai lu ta critique du bout des yeux, parce que j'ai réservé le bouquin à la biblio et ça ne devrait pas trop tarder.

Ça fait deux critiques que je vois au sujet de ce livre et les deux semblent très emballées. J'ai bien hâte de le lire.








Grand salut à toi, "ça", je pense que tu te régaleras avec ce roman et je te le souhaite!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 14 juillet 2013 à 12:21
Message posté par Grominou2

Je ne lis ta critique qu'en diagonale, juste assez pour voir que tu l'as apprécié, car j'ai bien l'intention de le lire! Je reviendrai ici donner mon avis...


J'ai évité d'en dire trop pour vous laisser le plaisir de la découverte!
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13547
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 14 juillet 2013 à 15:34
Merci!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
le guide
Admin
Admin
Image
Responsable du Forum
Depuis le: 01 octobre 2003 Status actuel: Inactif
Messages: 830
Citer le guide Réponsebullet Envoyé : 22 juillet 2013 à 08:19
Je l'ai mis dans ma liste de livre à lire celui-là. Ils en parlent partout!
IP IP Noté
Úrsula Iguarán
Orateur
Orateur
Image
Depuis le: 29 août 2013
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 158
Citer Úrsula Iguarán Réponsebullet Envoyé : 15 septembre 2013 à 01:39
Ah la la....
Je ne sais pas trop par quel bout commencer et surtout je ne voudrais pas trop dévoiler l'intrigue

CRITIQUE
Pour résumer, j'ai trouvé que l'histoire était complètement farfelue (on nous ressert encore la disparition d'une jeune fille y a 40 ans, jamais retrouvée (voir Stieg Larsson), et comme par hasard un type sorti de nulle part (un étudiant en littérature!!)va résoudre l'enquête), avec un dénouement abracadabrantesque (je suis la seule à penser ça??!)
Ce livre mélange plein de style littéraires (sentimental, enquête policière... voire fantastique)c'est du grand n'importe quoi et j'ai trouvé que le style, l'écriture, était un supplice. Je l'ai courageusement lu jusqu'à la la fin, je m'attendais à une fin grandiose qui justifie son succès; bon on va dire que j'ai étais déçue.
Bref, je n'ai pas aimé et je ne comprends pas comment ce libre a pu obtenir le prix de l'Académie Française (mon idée: ils n'ont pas lu le livre)
"Chloé avait les lèvres rouges, les cheveux bruns, l'air heureux et sa robe n'y était pour rien"
IP IP Noté
Errant2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 18 avril 2014
Pays:
Canada
Status actuel: Inactif
Messages: 899
Citer Errant2 Réponsebullet Envoyé : 13 août 2014 à 07:49
CRITIQUE



Mitigé, c'est le mot qui me vient au sortir de cette lecture. D'un coté j'avoue que j'ai été pris d'une forte curiosité envers le déroulement de l'intrigue, ce qui fait que je suis passer à travers cette brique en quelques jours seulement. Donc suspense très efficace. J'ai bien aimé aussi la trame parallèle sur le métier d'écrivain et les aléas du monde de l'édition. On découvre graduellement les personnages de Quebert et Goldman dont la relation complexe est bien dépeinte. L'écriture m'a semblé correcte, sans plus, et même froide lorsqu'on décrit supposément un amour passionnel; on est loin de Garcia Marquez!
Par contre, et le problème est majeur, je n'ai jamais réussi à croire au personnage de Nola qui , à 15 ans, réussi à mystifier toute une ville et à manipuler tout-un-chacun comme une usurpatrice professionnelle... La tentative d'explication que l'on trouve là-dessus à la fin ne me convainc pas. Accessoirement, il me semble aussi que le personnage de la mère de l'auteur, qui intervient à quelques reprises, est inutile et constitue une rupture de ton malhabile. Quant aux rebondissements de l'enquête, je suis encore à me demander s'il n'y en a pas trop. J'aime bien que les auteurs de suspense nous confondent et multiplient les fausses pistes mais vers la fin j'ai trouvé que c'était l'embrouille pour l'embrouille...

Bref ce roman a gagné des prix et je peux comprendre pourquoi. Mais je peine à partager l'engouement


Tant qu'on a pas aimé un animal, une partie de l'âme... reste endormie - Anatole France
IP IP Noté
Muffin
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 14 août 2009 Status actuel: Inactif
Messages: 2043
Citer Muffin Réponsebullet Envoyé : 01 septembre 2014 à 15:40
J'ai enfin fait ma critique de La Vérité sur l'affaire Harry Québert ce week-end, et je viens de lire vos avis. C'est toujours très intéressant de lire les avis des autres, mais ici d'autant plus, parce que j'ai bien l'impression que beaucoup ont adoré ou détesté ce livre. C'est parti.


CRITIQUE


Suite au succès fulgurant de son premier roman, Marcus Goldman s’est vu céder à une vie de fastes et de paillettes… du moins jusqu’à ce que son éditeur ne le rappelle à l’ordre : un second roman doit être livré. Mais la magie n’opère plus et Goldman se voit sombrer dans une spirale de pages vierges. C’est alors qu’il décide d’appeler Harry Quebert. Son ancien professeur de littérature et mentor, il est également l’auteur des Origines du mal, le plus grand succès littéraire des cinquante dernières années… Et c’est justement autour de ce livre qu’un scandale va éclater : le corps d’une jeune fille est retrouvé enterré dans le jardin de la maison où habite Harry Quebert depuis trente ans, dans la petite ville côtière d’Aurora, New Hampshire. Marcus Goldman décide de mener sa propre enquête pour venir en aide à son ami, mais l’affaire va s’avérer bien plus complexe qu’elle en a l’air.

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert. D’emblée, ce titre est intrigant. Est-ce qu’il s’agit d’une histoire vraie ? Va-t-on lire un rapport d’investigation plutôt qu’un roman ? Ce titre évoque une mise en abîme, qui sera constante jusqu’au bout de la lecture. Il y a d’abord ce livre, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, écrit par Joël Dicker, qui parle de Marcus Goldman, d’Harry Quebert, et de l’affaire Nola, dans le quel on nous parle des Origines du mal, le livre d’Harry Quebert, qui, lui, parle de Nola, tout court. Ensuite arrive le roman de Marcus Goldman, qui parle de l’affaire Nola… C’est à son avantage : Dicker jongle habilement de ce bazar littéraire, sans nous perdre en cours de route.

En plus de cela, Dicker joue d’un effet de miroir entre les deux personnages principaux : Marcus Goldman est la réplique parfaite de son maître, Harry Quebert. Tandis que Marcus désespère d’atteindre un jour le génie d’Harry, il ne comprendra qu’à l’issue du roman pourquoi ce dernier insiste tant sur leur ressemblance. A la différence près que Marcus, lui, avait Harry pour l’aider à ses débuts.

En entamant ma lecture, j’ai eu le sentiment étrange de lire un roman américain traduit en Français. Non pas parce que l’action se déroule aux Etats-Unis, mais à cause des formulations de phrases « anglicisées » un peu cliché. On se plait à croire que Dicker s’est largement inspiré de fictions américaines portées à la télévision ou au cinéma… il en est de même de certaines scènes, comme la rencontre d’Harry et Nola sur la plage, ou de l’écriture de Quebert. Tandis que la plume de ce dernier est considérée comme l’une des plus belles du demi-siècle dernier, lorsque Dicker nous en offre gentiment des passages, on a davantage l’impression de lire un vulgaire roman à l’eau de rose. Certes, il n’est pas simple de se mettre à la place d’un génie, mais ces passages ont eu le don de me faire grincer des dents.

Malgré cela, Joël Dicker a su s’attarder sur les personnages et les lieux, en les rendant attachants. Aurora est l’archétype d’une petite ville balnéaire où il ne se passe pas grand-chose en apparence, mais où l’on découvre que les habitants cachent des vices, tour à tour drôles ou effrayants, voire les deux. Le roman oscille entre plusieurs époques. On est ainsi témoin de leurs rêves de jeunesse à vingt ans… et la désillusion de leurs rêves enterrés à 50.

Dicker fait du couple Robert et Tamara Quinn un archétype provincial particulièrement grinçant. L’épisode de Robert qui sort en cachette la nuit (sans en dire davantage) est très bien trouvé, mais d’autres passages burlesques, tels que les coups de fil de la mère de Goldman à son fils ; sont poussifs, caricaturaux et peu réalistes.

En parallèle de l’histoire, Dicker fait une bonne analyse de l’écriture à travers les difficultés que rencontre Marcus, mais aussi dans la forme du roman : chaque chapitre commence par un conseil de Harry à Marcus, probablement prodigué alors que Marcus était l’étudiant d’Harry. L’auteur fait également un bon tableau du monde sans pitié qu’est celui de l’édition à travers le personnage de Roy Barnaski, grand patron de Marcus, brillant commercial, et ordure assumée.

Bien que l’intrigue soit rythmée et bien menée au long du roman, la fin est longue, trop longue, et l’on se lasse de cette histoire qui ne finit plus. Le dénouement qui ne nous apprend rien sur les personnages, ainsi qu’un certain nombre d’invraisemblances, font finir la lecture sur une note négative, après un déroulement haletant, bien qu’inégal. Dicker maîtrise certes l’art du suspense, mais son écriture manque encore de subtilité.



--------------------

Un extrait que j'ai bien aimé (pas de spoiler) :

« Vous savez, l’information est un flux illimité dans un espace limité. La masse d’informations est exponentielle, mais le temps que chacun lui accorde est restreint et inextensible. Le commun des mortels y consacre quoi, une heure par jour ? Vingt minutes de journal gratuit dans le métro le matin, une demi-heure sur Internet au bureau et un quart d’heure de CNN le soir avant de se coucher. Et pour remplir cet espace temporel, il y a de la matière infinie ! Il se passe des tas de choses dégueulasses dans le monde, mais on n’en parle pas parce qu’on a pas le temps. On ne peut pas parler de Nola Kellergan et du Soudan, on n’a pas le temps, vous comprenez. Durée de l’attention : quinze minutes de CNN le soir. Après, les gens veulent voir leur série télé. La vie est une question de priorités » (Barnaski, p. 164).
Crédit photo http://500px.com/robmutch
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13547
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 01 septembre 2014 à 16:00
Je n'ai lu qu'en diagonale tous les avis car j'ai l'intention de le lire éventuellement, mais le moins qu'on puisse dire c'est que les opinions divergent!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1550
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 02 septembre 2014 à 10:41
Je félicite Muffin pour sa brillante dissertation, bravo du fond du coeur, malgré nos divergences d'opinion!

Style impeccable et excellente orthographe, ça devient rare de nos jours, il suffit d'aller se promener sur les réseaux sociaux!       
Respecter la tradition c'est nourrir la flamme, ce n'est pas vénérer la cendre! Gustav MAHLER
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 03 septembre 2014 à 15:53
CRITIQUE

Ce que je pense de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

     Bien que vous n’ayez pas besoin d’un autre résumé, c’est toujours plus facile ainsi pour débuter la critique d’un livre. Enfin pour moi qui n’ai pas la plume très facile quoique vous en pensiez, ça me donne un air d’aller. Si je possédais une aisance plus naturelle pour la plume, je pourrais peut-être appeler mon texte; La Vérité sur, la Vérité sur l’Affaire Harry Quebert. Après tout c’est la mode _ payante_ pour certains d’écrire un tel bouquin et surfer sur la vague à succès d’un auteur. Le Code Da Vinci en a eu même plus d’un.
Plutôt présomptueux mon truc, hein ?! Bien sûr, je ne suis pas sérieuse. De plus je n’ai pas fait de recherche, mais qui sait, peut-être que le livre de Joël Dicker en a déjà un qui décode et révèle tous ces secrets.

     Je disais donc que vous n’y couperai pas au résumé de l’histoire. Très bref, je vous rassure.

Un jeune auteur connaît un vif succès dès la sortie de son premier bouquin. Flatté et heureux de cette gloire si vite arrivée, après avoir joui de toute l’effervescence, de tous les bénéfices engendrés durant l’année qui suivi la sortie de son livre, le voilà devant la page blanche du second chef d’œuvre, rien de moins, à produire.
Marcus Goldman a beau essayer tous les trucs à sa portée, rien n’y fait. C’est la panne sèche. Il est incapable d’écrire de nouveau.
Faisant fi de tous ces soucis, il décide de voler au secours de son mentor ne serait-ce que pour le soutenir dans l’épreuve que lui-même subit. Ce dernier se retrouvant au centre d’une enquête peu banale et qui fait grand bruit à travers le pays.


     Assez succinct, même plutôt banal le résumé, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas trop en dévoiler et parce que je déteste écrire un résumé.
     
     J’ai lu ce bouquin il y a un an déjà, et j’ai mis longtemps à décider si j’avais aimé ou pas. Plein de trucs me dérangent dans ce bouquin et d’autres me plaisent, mais je crois que c’est surtout le fait qu’ils se retrouvent dans une même histoire qui m’a déroutée totalement. Depuis, j’ai lu un article dont je vous donnerai le lien à la fin de mon commentaire. Article qui m’a aidé à comprendre mes impressions premières et à faire la paix avec ce foutu livre. J’ai compris que je n’étais pas la seule à avoir eu les mêmes sentiments face à La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert.
     Il y a plein de trucs agaçants derrière ce titre qui a pourtant reçu l’aval de personnes qui s’y connaissent, et je me disais, qui je suis moi pour donner un tout autre avis et mettre en doute les prix reçus. Très distingué le bouquin, avec le Prix Goncourt des Lycéens 2012 et le Grand Prix du roman de l’Académie française la même année. Honnêtement, je ne comprenais pas trop.

     Une lecture véritablement bien particulière qui s’est faite par étape, en suivant les émotions engendrées par l’histoire et surtout beaucoup, par la structure du livre lui-même. Il faut donner à César ce qui lui revient, et je peux dire que l’auteur a su bien mener ses billes.
     Au début après une attente très intéressée vu tous les avis positifs sur ce roman _ peut-être trop d’attentes de ma part _ j’ai vite déchanté au style d’écriture que j’ai trouvé relâché et même bâclé par bouts (quand on nous présente le texte du livre d’amour écrit par le mentor, c’est douloureux). Les clichés pleuvent dans ces pages et j’oserais même dire que le texte est très pauvre, même pour un polar.
     Et oui, c’est assurément un polar. Il en respecte tous les codes ne déplaisent aux purs et durs adeptes du genre littéraire. Il y a crime spoiler --> et même plus d’un, donc autant de victimes, et bien entendu enquête et enquêteur. Tous les codes du genre y sont. Aussi le suspense; avec une intrigue qui monte en puissance et moult rebondissements. On coche polar, tout comme on coche thriller. Tout pour faire des heureux.

     Si la pauvreté du texte déplaît, l’auteur a su doser l’intrigue de belle façon. La présenter, la faire mousser niveau par niveau pour bien appâter le lecteur, et ça fonctionne drôlement bien. Mais il y a plus encore. Tout au long du récit se bâtit un roman dans un roman. Chaque chapitre apporte une étape à franchir vers le succès pour l’écrivain en devenir. Ajouté à l’intrigue qui se déroule ou humour noir, cynisme et angoisses présentent une critique sociale avec médias, public et monde littéraire.
Pauvre en littérature, mais riche dans le concept. Accrocheur le roman répond à tous les critères du succès. Je salue son auteur pour l’intelligence et l’originalité non pas du récit, mais de la forme. Un curieux de polar qui enseigne et démontre tous les codes du roman à succès jusqu’à la finale… finale quoi !








Pour ceux et celles que ça intéresse, voici le lien de l’article écrit par C. Pudlowski pour Culture en 2012 et intitulé Joël Dicker est-il un bon écrivain? http://www.slate.fr/culture/64971/joel-dicker-goncourt-lyceens





*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
eleanorrigby
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 29 novembre 2007 Status actuel: Inactif
Messages: 3794
Citer eleanorrigby Réponsebullet Envoyé : 03 septembre 2014 à 16:53
je suis rendu a     moitié du livre.      je trouve l histoire de nola fait penser a Twin Peaks
question est- ce qu    on peut tomber amoureux d une fllle de 15 ans sans coucher avec. car Harry n a pas dit encore dit quil avait couché avec nola      
eleanor
IP IP Noté
Muffin
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 14 août 2009 Status actuel: Inactif
Messages: 2043
Citer Muffin Réponsebullet Envoyé : 04 septembre 2014 à 00:02
Eleanor : pas mal la comparaison avec Twin Peaks. Il manque juste l'humour grinçant de David Lynch, dont Dicker est encore loin.

C'est une bonne question. L'auteur ne prend pas de risques, il reste dans le politiquement correct, donc dans les non-dits. Il est impossible qu'ils n'aient pas passé de nuit ensemble !

*Ca*, je suis impatiente de lire ton avis, dès que j'en aurai le temps !
Crédit photo http://500px.com/robmutch
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 10 septembre 2014 à 05:32
Message posté par Úrsula Iguarán

Ah la la....
Je ne sais pas trop par quel bout commencer et surtout je ne voudrais pas trop dévoiler l'intrigue
Pour résumer, j'ai trouvé que l'histoire était complètement farfelue (on nous ressert encore la disparition d'une jeune fille y a 40 ans, jamais retrouvée (voir Stieg Larsson), et comme par hasard un type sorti de nulle part (un étudiant en littérature!!)va résoudre l'enquête), avec un dénouement abracadabrantesque (je suis la seule à penser ça??!)
Ce livre mélange plein de style littéraires (sentimental, enquête policière... voire fantastique)c'est du grand n'importe quoi et j'ai trouvé que le style, l'écriture, était un supplice. Je l'ai courageusement lu jusqu'à la la fin, je m'attendais à une fin grandiose qui justifie son succès; bon on va dire que j'ai étais déçue.
Bref, je n'ai pas aimé et je ne comprends pas comment ce libre a pu obtenir le prix de l'Académie Française (mon idée: ils n'ont pas lu le livre)



Ursula, j'avoue que je pense tout à fait comme toi au sujet des distinctions reçues par le bouquin. Je vois qu'on a eu la même souffrance à la lecture du texte. Question littérature, c'est réellement très pauvre. À certains moments on aurait dit qu'un jeune ado avait pondu ce texte qui pourtant devait représenter des extraits d'un best-seller.

J'ai trouvé aussi durant une bonne partie du livre que c'était du n'importe quoi. J'ai continué à lire même si ça me plaisait pas trop, histoire de comprendre l'engouement pour ce livre. Et je me suis surprise à m'y intéresser de plus en plus. Peut-être que je suis facile à accrocher, mais les multiples rebondissements m'ont suffisamment titillée pour me ferrer bien d'aplomb. Et pour ma part, malgré un texte pauvre et une histoire facile, je fus légèrement soufflée par l'audace de l'auteur et la façon intelligente d'utiliser les codes du genre littéraire pour maintenir l'intérêt du lecteur.

Mais je ne lui aurais assurément pas décerné de prix pour ce bouquin. On s'entend là-dessus!?



*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
Page  de 2 Suivant >>
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.313 secondes.