Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Critiques
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Critiques
Icône du message Sujet: LA Confidential de James Ellroy Répondre Nouveau sujet
Auteur Message
loic
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 17 juillet 2007
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 591
Citer loic Réponsebullet Sujet: LA Confidential de James Ellroy
    Envoyé : 20 janvier 2009 à 03:50
4° de couverture :
Trois flics dans le Los Angeles des années cinquante... Ed Exley veut la gloire. Hanté par la réussite de son "incorruptible" de père, il est prêt à payer n'importe quel prix pour parvenir à l'éclipser. Bud White a vu son père tuer sa mère. Aujourd'hui, il est devenu un bloc de fureur, une bombe à retardement portant un insigne. "Poubelle" Jack Vincennes terrorise les stars de cinéma pour le compte d'un magazine à scandales. Un secret enfoui dans sa mémoire le ronge. Il fera tout pour ne pas le laisser remonter à la surface. Trois flics pris dans un tourbillon, un cauchemar qui teste leur loyauté et leur courage, un cauchemar d'où toute pitié est exclue et qui ne permet à personne de survivre. L.A. Confidential est un roman noir épique.

Après Le Dahlia Noir et Le Grand Nulle Part, L.A. Confidential est le troisième volet du "Quatuor de Los Angeles".

Critique :
Ce 3° opus du Quatuor de Los Angeles commence par la conclusion du roman précédent, "Le grand nulle part". Ce premier chapitre, situé environ 2 ans avant le début de l'intrigue du roman, conclue l'excellent volume précédent, au point qu'on se demande pourquoi il a été écrit ici et non dans Le grand nulle part. Mais voilà, c'est du Ellroy, et on se doute bien que ce chapitre n'est pas là pour rien. La confirmation se fera au fur et à mesure de la lecture.

Mais, au-delà de cette introduction/conclusion, LA Confidential emprunte beaucoup au Grand nulle part. On y retrouve en effet la construction autour de 3 "héros", on y retrouve le schéma classique d'Ellroy pour ce quatuor, à savoir :
- une intro assez longue, qui met en place les personnages de manière magistrale, avec leur passé, leur zone d'ombre, leur fardeau et leur force ; mais s'avèrera indispensable pour la compréhension de l'intrigue,
- une intrigue centrale très fouillée et détaillée, dans laquelle on s'enfonce avec délectation, essayant de comprendre ce qui se passe et en même temps, de suivre l'évolution des personnages.
- Un final explosif, plein de révélations, de retournements et d'éclaircissements qui s'étend sur 200 pages de pur bonheur.

Alors, certes, Ellroy nous a déjà fait le coup dans "Le dahlia noir" et "Le grand nulle part", mais il fait ça si bien, avec tellement de talent que ça ne nous pose aucun problème. Ses personnages sont fouillés comme rarement, son intrigue est un véritable dédale dans lequel on se perd et où, parfois, certains événements se recoupent, pour nous faire avancer ou, au contraire pour nous égarer. Mais cette intrigue n'avance que grâce aux 3 personnages principaux, emportés dans ce tourbillon mais qui continue à vivre, à évoluer et à combattre leurs démons (surtout que le livre s'étend sur plusieurs années) et aux nombreux personnage secondaires qui sont loin d'être anecdotiques.

C'est dense, c'est touffu, il faut parfois faire un petit retour en arrière pour vérifier qu'on ne se trompe pas, mais c'est grand, c'est noir. Le style est percutant, parfaitement adapté à la situation. Les nombreux articles de journaux qui étayent le livre son écrit dans un autre style, ce qui ajoute au réalisme du roman. Si j'ai trouvé LA confidential moins noir que Le Grand nulle part, il n'en reste pas moins une autre référence du genre. Ellroy est un grand auteur, LA Confidential un grand roman.

Pour finir, je dirais que j'avais vu le film il y a quelques années, et que je n'avais pas aimé du tout (sûrement l'intrigue était elle trop compliqué pour moi à l'époque, car faire tenir LA Confidential dans un film de 2 heures semble très difficile). Je n'en gardais strictement aucun souvenir, peut être vais-je retenter de la visionner prochainement.

Mais si vous aimez le roman noir, n'hésitez pas plonger !




IP IP Noté
le guide
Admin
Admin
Image
Responsable du Forum
Depuis le: 01 octobre 2003 Status actuel: Inactif
Messages: 830
Citer le guide Réponsebullet Envoyé : 21 janvier 2009 à 09:38
salut Loic!

Je n'ai pas lu ce livre, par contre j'ai vu le film!

J'avais beaucoup aimé.

De Ellroy j'ai lu Le dahlia noir , j'ai apprécié l'histoire, c'est très sombre (probablement comme dans bon nombres de ses romans) mais j'avais eu de la difficulté avec la traduction, trop "à la française".

Je me promets bien de réessayer Ellroy!
IP IP Noté
loic
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 17 juillet 2007
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 591
Citer loic Réponsebullet Envoyé : 22 janvier 2009 à 05:00
Perso, j'ai commencé Ellroy avec Le dahlia, et j'avais eu un peu de mal. Mon souvenir reste vague, mais en effet, surtout au début du livre, je me souviens d'avoir été un peu gêné par le style.
Dans LA Confidential, le style est très percutant, phrases courtes, parfois un peu trop, mais souvent e accord avec le rythme du livre. Le style change quand il passe aux dialogues ou aux articles de presse.

A mon avis, il faut continuer avec Le grand nulle part (2° tome du quatuor de Los Angeles après le dahlia noir) avant de lire LA Confidential. Il y a quand même une continuité entre les deux bouquins.

Sinon, l'intrigue est sûrement encore plus fouillée dans ces deux livres (par rapport au dahlia), ce qui n'est pas toujours évident et m'a demandé quelques retours en arrière. Mais Ellroy distille correctement les informations. Perso, j'aime beaucoup sa manière de mener l'intrigue et de vraiment fouiller ses personnages. J'aime assez le style percutant même si, comme je l'ai dit, j'aurais un peu de mal à le comparer avec le dahlia noir que j'ai lu depuis un peu trop de temps.

Mais si tu as plutôt aimé le dahlia noir, fonc sur Le grand nulle part !
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 22 janvier 2009 à 06:19
Message posté par le guide

salut Loic!

Je n'ai pas lu ce livre, par contre j'ai vu le film!

J'avais beaucoup aimé.

De Ellroy j'ai lu Le dahlia noir , j'ai apprécié l'histoire, c'est très sombre (probablement comme dans bon nombres de ses romans) mais j'avais eu de la difficulté avec la traduction, trop "à la française".

Je me promets bien de réessayer Ellroy!


Comme quoi deux personnes lisent un même ouvrage et ne perçoivent pas toujours les mêmes ambiances.
Personnellement pour moi du Ellroy avec son style télégraphique me fait plutôt penser à David Peace, l'anglais surtout pas l'américain. L'auteur de 1974,1977,1980 et 1983. http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Peace
Cormac McCarthy écrit aussi dans ce style, voir "Non ce pays n'est pas pour le vieil homme".
Très anglais aussi comme style littéraire ou tout est noir de chez noir. Aucune lueur d'espoir, de petite lumière au bout du tunnel. Rien.

Le polar noir français séduit, est plus coulant et même quand il est très noir il y a toujours une petite étincelle de vie qui survit quelque part.

*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
loic
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 17 juillet 2007
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 591
Citer loic Réponsebullet Envoyé : 22 janvier 2009 à 09:57
Ce qui me plait aussi chez Ellroy, c'est que cette étincelle reste possible. La "possibilité de...", dans un roman est assez importante pour maintenir la tension et le suspense.
Certes, tout est très noir chez Ellroy, mais, sans dévoiler l'intrigue de ses romans, cette noirceur n'est pas forcément absolue, ce qui donne aussi une forte tension.

Mais c'est vrai que dans LA Confidential, je n'ai rien vu de "trop français".
IP IP Noté
-Moi-
Jaseur
Jaseur
Image
Depuis le: 19 avril 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 34
Citer -Moi- Réponsebullet Envoyé : 24 janvier 2009 à 06:03
J'ai été très déçu par le "Dahlia noir" mais vu les critiques je me laisserais bien tenté par le "Grand nulle part".

IP IP Noté
loic
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 17 juillet 2007
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 591
Citer loic Réponsebullet Envoyé : 24 janvier 2009 à 10:11
A l'époque où j'ai lu le dahlia noir, je ne critiquais pas systématiquement mes lectures comme j'essaye de le faire aujourd'hui.
Je me souviens que le début m'avait laissé plus que perplexe : style un peu lourd, poncif de l'image que je me faisais du polar présent à toutes les pages, meurtre très "tardif" dans le livre (au delà de la page 100). La suite m'avait plus emballé avec un bon final.

Maintenant, quand j'ai entamé Le grand nulle part et L.A. confidential, je savais que je m'attaquais à quelque chose d'un peu ardu et j'ai pris mon temps pour la lecture. Le style me gêne moins (peut être est-il différent aussi), les premières pages sont essentielles pour l'intrigue et permettent de mettre en place des personnages profonds et intéressants. Après, ça dépend ce qui ne t'as pas plu dans le Dahlia, mais c'est clair que je considère ces deux autres livres comme supérieur. Mais je pense, qu'avec le recul, Le Dahlia noir est plutôt bon (mais il faudrait le relire pour être sûr).
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 24 janvier 2009 à 12:24

Je crois que c'est une erreur de considérer "Le dahlia noir" comme étant un simple polar. D'après ce que je déduis suite aux commentaires divers, la perception de plusieurs est qu'un polar est une histoire policière avec meurtre, police, enquête et tout le tintouin.
Selon mon expérience et mes maigres connaissances, un polar noir est bien différent d'un simple polar et qui dit polar ne dit pas nécessaire meurtre avec police, bandit etc. On n'a qu'à penser au roman de Douglas Kennedy "Cul de sac". Un polar noir c'est avant tout une ambiance, un atmosphère particulier. Le dahlia noir de Ellroy est bel et bien un polar noir et pas un livre policier en tant que tel. On peut trouver dans le genre "De sang froid" de Truman Capote. Dans ce dernier, on suit la vie de 2 meurtriers mais pas comme une enquête policière et ce roman est catalogué comme un polar noir. Aussi le très magnifique roman du regretté J-C Izzo, "Le soleil des mourants", que j'aimerais ne pas avoir lu pour pouvoir le découvrir de nouveau.

*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
loic
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 17 juillet 2007
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 591
Citer loic Réponsebullet Envoyé : 26 janvier 2009 à 06:13
C'est clair que la frontière entre policier, thriller et polar est parfois mince. Pour moi, Le dahlia est en effet un polar, noir, plus qu'un policier ou un thriller.
IP IP Noté
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.125 secondes.