Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Critiques
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Critiques
Icône du message Sujet: Nietzsche__ Stefan ZWEIG Répondre Nouveau sujet
Auteur Message
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Sujet: Nietzsche__ Stefan ZWEIG
    Envoyé : 20 janvier 2021 à 03:52
Mes deux auteurs « en tête de gondole « sur mon profil, l'un présentant l'autre ! Waouh !
Il faut dire que j'aime les écrivains avec des tripes, les passionnés, et tous deux le sont !
Ils ont une passion commune pour la vérité et l'humanité, jusqu'à en avoir mal à la tête, jusqu'à en devenir fou pour l'un et se suicider pour l'autre !
Donc, je me suis dit, en fouillant dans la belle et fournie librairie du centre ville de Blois :
« Qui, mieux que Stefan Zweig, qui en plus écrit très bien, peut connaître Friedrich Nietzsche, et sa vie intérieure ? »
.
Je trouve l'auteur excellent dans tout ce qu'il écrit : ses nouvelles, son roman, ses biographies.
Donc rien de te qu'un Stefan Zweig pour rentrer dans la tête d'un Nietzsche, et quelle tête perturbée !
.
C'est en lisant « Ecce Homo », une sorte d'autobiographie de Nietzsche que je n'ai pas encore lue, que Stefan Zweig a fait la lumière sur cet auteur tortueux.
Nietzsche est un lutteur de l'esprit. Il fait les choses à l'envers de ses « collègues ». Après s'être posé comme professeur de philologie à Bâle à 24 ans, il s'échappe à la recherche de la liberté et de la vérité, à différents endroits, dont Sils-Maria, puis Nice et l'Italie. Il est malade des nerfs, trop sensible ( comme l'auteur ), et s'auto-médicalise en allant de ville thermale en ville thermale. Quand il découvre le Sud et sa lumière, il ne revient plus en Allemagne, pays trop triste et trop lourd pour lui. A l'inverse de Goethe et Kant qui posent les bases de leurs réflexions, puis sagement, les développent, comme un arbre grandit en épaississant son tronc, lui est un phénix, qui se consume, accouche d'un livre dans la douleur, puis renait de ses cendres pour attaquer autre chose. Il fonctionne hors des sentiers battus. Ce n'est pas un philosophe, dit Zweig, mais un philalèthe, un pirate, un révolté, un homme toujours en colère,
Zweig insiste beaucoup sur les douleurs de Nietzsche :
1 ) douleur physique, maux de ventre, maux de tête...On le représente plein de vigueur, de force, moustache conquérante, mais c'est un être délicat, qui choisit ses plats avec parcimonie, et qui est pauvre, et, comme un autre génie incompris, Van Gogh à Auvers, finira sa vie intellectuelle dans une petite chambre, à Turin.
2 ) douleur mentale d'être incompris : ses amis s'éloignent de lui, les Allemands ne comprennent pas l'intérêt de ses livres, et il est obligé de financer ses dernières parutions.
.
C'est un être passionné et souffrant (pléonasme, puisque passio = souffrance ), comme l'auteur ! Pour ce dernier, Nietzsche est happé par le démon ! D'ailleurs, il n'ose même plus signer ses dernières lettres de son propre nom.
Complètement submergé par la maladie mentale au début de 1889, il souffrira dix ans avant de s'éteindre, mais ça, l'auteur n'en parle pas, par pudeur.
.
J'aime Zweig et Nietzsche parce qu'ils ne font pas semblant : ils écrivent avec leurs tripes, avec leurs souffrances, et même si l'un est extrêmement clair, et l'autre extrêmement flou, ils me sont tous les deux attachants, l'un par la description de la souffrance de ses héros, l'autre par l'acuité de sa vision. Zweig le compare à un faucon, alors qu'il était à demi aveugle. Hibou sur terre, mais aigle par l'esprit !
.
J'ai lu quelques ouvrages de l'un et de l'autre, et je peux dire que je les connais un peu.
Qu'est ce que Nietzsche m'a apporté pratiquement ?
Plus que Zarathoustra, nouveau Jésus qui franchit la rivière et appelle les gens à le rejoindre sur la montagne, c'est « Humain, trop humain », et « Par delà le bien et le mal » que j'ai appréciés. J'ai senti le « travail laborieux d'accouchement », une sorte de lutte, mais avec des pépites (phrases lumineuses ), qui m'ont amené à bâtir moi-même la construction de l'auteur, à mon niveau.
.
« Nietzsche », par Stefan Zweig, est sublime. Tous ceux qui se sont cassés les dents à essayer de lire Nietzsche, devraient peut-être commencer par cette petite biographie lumineuse !
IP IP Noté
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.191 secondes.