Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

La Patience des fantômes _ Rachel LECLERC

Imprimé depuis: Guide de la bonne lecture
Categorie: Littérature
Nom du Forum: Critiques
Description du Forum: Vous déposez vos critriques ici et nous en discutons!
URL: http://www.guidelecture.com/forum/forum_posts.asp?TID=5591
Date: 18 avril 2024 à 11:21
Version logiciel: Web Wiz Forums 8.03 - http://www.webwizforums.com


Sujet: La Patience des fantômes _ Rachel LECLERC
Posté par: * Ça *
Sujet: La Patience des fantômes _ Rachel LECLERC
Posté le: 29 mai 2013 à 14:29


Auteure québécoise Rachel Leclerc est poète et romancière.


Les éditions Boréal                    
Date de parution : 18 janvier 2011                         
260 pages, ISBN : 978-2-76462-081-6
          



Résumé
Parti les poches vides avec la tête remplie d’espoir et de rêves, Joachim Levasseur bâtit un petit empire en ce début de XX° siècle dans une des plus belles, mais également des plus pauvres régions du Québec, la péninsule Gaspésienne. Le garçon au caractère volontaire et travailleur devient un homme d’affaire honnête possédant une compagnie prolifique avec un avenir de richesse tout tracé. Le destin et la guerre ayant fait leur œuvre, son plus jeune fils Jérôme mal préparé et outillé pour devenir un chef, doit prendre la relève.




Mon avis
L’histoire débute sur l’entrée en scène de Richard, fils de Jérôme, invité par sa nièce Émilie à venir lui tenir compagnie. Émilie arrière-petite-fille de Joachim n’a pas héritée d’une fortune. Elle doit travailler pour gagner sa croûte, mais est toujours demeurée dans la région de ces ancêtres. Ce retour aux sources fait remonter pour Richard un lourd héritage de souvenirs et d’émotions. On perçoit qu’il vit mal ses origines lorsqu’il dit : « C’est à cause de ce sang tenace qui court dans mes veines, ce sang qui m’encombre et qui m’empoisonne. » Il décide d’évacuer en donnant la parole aux fantômes de la famille à travers les mots d’un livre.
Une histoire familiale qui sort un peu de l’ordinaire malgré les déboires coutumiers de bien des familles dysfonctionnelles à cette époque.

Lorsque j’ai débuté cette lecture, à une ou deux reprises, le texte de certains passages me semblait plus dense et plus introspectif. Sans être rébarbatif, il m’apparaissait plus obscur, donc moins facile d’en saisir tout le sens. Malgré tout, je fus totalement conquise par la plume encore inconnue pour moi de l’auteure Rachel Leclerc. Quelle force et quelle beauté dans ces mots, dans ces phrases. La musique classique transporte des émotions fortes que l’auditeur ressent. Il en est de même à la lecture de ce roman. Le lecteur ressent les émotions à travers la musicalité des mots qui racontent la vie et la mort.

Le récit étant légèrement déconstruit. Les personnages sont présentés un à un et à des moments importants de leur vie. Ce qui donne parfois des retours en arrière avant de revenir et reprendre le fil de l’histoire présentée par le narrateur. On est loin d’un récit chronologique et linéaire. Bien loin d’être désagréable ou déstabilisant, créant même une attente face à des faits et traits de quelques personnages. Originale et plaisante cette façon de présenter l’histoire, ne permet pas toutefois de s’attacher réellement aux divers individus, et son contraire est aussi vrai. Soit de ne pas les détester. Même que je fus plus touchée par la détresse de Jérôme, plus que tout autre. De bien beaux personnages tout de même, au sujet desquels j’en aurais pris un peu plus sans problème.

Ce n’est pas un roman d’action, plutôt un livre d’émotions. D’ailleurs l’extrait suivant d’une interview de l’auteure décrit bien ce fait :
« J’avais des appréhensions par rapport à l’écriture du chapitre de la tempête en mer avec Joachim, mais je pense que ma façon de m’en sortir, ç’a été d’entrer dans l’intériorité du personnage, de ne pas montrer forcément la tempête et le bateau, mais ce qui se passe dans la tête du personnage pendant la tempête. »

Je recommande chaudement « La Patience des fantômes » de Rachel Leclerc à tous ceux et celles qui aiment la poésie et les textes magnifiques dits avec des mots simples.









-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais





Réponses:
Posté par: Grominou2
Posté le: 30 mai 2013 à 00:41
Je ne lis pas tout de suite ta critique, car je l'ai déjà inscrit sur ma liste!

-------------
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca - http://jai-lu.blogspot.ca


Posté par: denis76
Posté le: 30 mai 2013 à 01:22
Martine, t es douée, tu devrais faire critique littéraire pour des magasines !

Gaspésie, Nouveau Brunswick, Québec....J'ai du mal à comprendre qu'est ce qui appartient à qui?


-------------


Posté par: * Ça *
Posté le: 30 mai 2013 à 03:33

C'est gentil Denis, mais je n'en suis pas convaincue pour ma part.

Pour ta question sur quoi est à qui: le Nouveau-Brunswick et le Québec sont deux provinces du centre et de l'est du Canada. Deux provinces voisines en réalité. Les provinces au Canada sont un peu à l'image des états aux USA.

La Gaspésie est une région du Québec tout comme l'Acadie où vit Jean-Maurice l'est au Nouveau-Brunswick.
Ce sont les seules provinces ou le français tient une place importante dans tout le Canada.





-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais




Posté par: denis76
Posté le: 30 mai 2013 à 10:51
Ok, merci, Martine, pour ces précisions, c'est plus clair dans ma tête.

-------------


Posté par: Grominou2
Posté le: 16 septembre 2013 à 20:36
Voilà, je l'ai lu! Malgré une écriture que j'ai trouvé un peu froide, on s'intéresse aux personnages. J'ai beaucoup aimé la construction du récit, en pièce détachées comme un casse-tête. Une saga très intéressante, qui se passe dans un coin de pays assez peu exploité en littérature, le Bas-du-fleuve et la Gaspésie. Merci *Ça* de m'avoir fait découvrir cette écrivaine!

-------------
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca - http://jai-lu.blogspot.ca


Posté par: * Ça *
Posté le: 17 septembre 2013 à 00:38

Qu'est-ce qui t'a donné cette impression de froideur dans l'écriture? Le fait des remontées dans le temps ou le peu de développement pour certains personnages? Un ton un peu sec? Un manque d'atmosphère?
Le Bas-du-fleuve, la Gaspésie, c'est là où je suis née. Le fait que cette histoire y soit liée a contribué à mon intérêt.




-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais




Posté par: Grominou2
Posté le: 17 septembre 2013 à 12:09
C'est le ton, effectivement, sans que je sois vraiment capable de mettre le doigt sur le bobo... Mais heureusement, après avoir eu un peu de misère au début, je m'y suis habituée et cela n'a pas gâché ma lecture.

J'ai bien aimé ses descriptions où l'on pouvait voir à la fois la beauté et la laideur des paysages de ces régions, avec ses villages développés à la va-comme-je-te-pousse!

-------------
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca - http://jai-lu.blogspot.ca


Posté par: * Ça *
Posté le: 18 septembre 2013 à 06:14

Manquait un peu de rondeur si je puis dire ainsi. Je cherche un autre terme qui ne vient pas ce matin. Manquait de finesse ou de poésie, juste un peu, histoire de donner plus de joliesse au texte et à l'histoire un peu brute.

Mais j'ai trouvé intéressante tout de même la façon d'amener dans le temps qui donnait une dimension qui s'accordait bien avec le côté fantomatique du récit.

Je suis d'accord avec toi pour les descriptions des lieux. Faut dire qu'il y a plein de ces lieux qui se développent à la va-comme-je-te-pousse malheureusement. Là où tout se développe trop vite sans penser à l'harmonie de l'ensemble.
Ma petite ville en est un exemple parfait. Quand je m'y suis établie, elle avait tout le charme et la verdure d'antan, mais les dernières années lui ont fait du rentre-dedans plutôt brutal.





-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais




Posté par: Grominou2
Posté le: 18 septembre 2013 à 12:59
Ah c'est vraiment dommage, et souvent on se sent impuissant car tout est affaire de gros sous...

-------------
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca - http://jai-lu.blogspot.ca


Posté par: Grominou2
Posté le: 29 mars 2014 à 23:24
Saviez-vous qu'il y aurait une suite? On retrouve le clan Levasseur dans Le Chien d'ombre, paru en 2013.

http://www.leslibraires.ca/livres/chien-ombre-rachel-leclerc-9782764622773.html - http://www.leslibraires.ca/livres/chien-ombre-rachel-leclerc-9782764622773.html

-------------
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca - http://jai-lu.blogspot.ca



Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03 - http://www.webwizforums.com
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide - http://www.webwizguide.info