Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

Mini Histoire : l'amulette

Imprimé depuis: Guide de la bonne lecture
Categorie: Connexes à la lecture
Nom du Forum: Vos écrits
Description du Forum: Un petit poème, un petite nouvelle...
URL: http://www.guidelecture.com/forum/forum_posts.asp?TID=2130
Date: 30 octobre 2020 à 13:07
Version logiciel: Web Wiz Forums 8.03 - http://www.webwizforums.com


Sujet: Mini Histoire : l'amulette
Posté par: vlana
Sujet: Mini Histoire : l'amulette
Posté le: 04 mars 2011 à 03:50
Voilà une courte histoire que j'ai écrite il y a deux ans de cela. J'espère que vous aimerez. N'hésitez pas à me donner vos critiques et vos remarques, car il est nécessaire d'avoir les avis des autres pour s'améliorer.

-------------------

C’était une bien triste journée. Dehors, la neige tombait à gros flocons et recouvrait l’herbe du jardin d’un épais tapis blanc. Le silence avait envahi la maison et les seuls bruits qui se faisaient entendre venaient du crépitement du feu dans la cheminée.

Suzy, debout devant la fenêtre du salon, ferma lentement les yeux. Sous ses paupières closes, elle vit défiler une série d’images, des souvenirs qu’elle pensait avoir oubliés depuis longtemps. Elle se souvenait de ses vacances passées avec sa grand-mère lorsqu’elle n’était qu’une enfant. Elle pouvait presque sentir l’odeur des gâteaux qui cuisaient dans le four, promesses de goûters gourmands.

Le soir venu, avant d'aller dormir, sa grand-mère lui racontait des histoires fabuleuses que Suzy écoutait avec le plus grand des plaisirs. Contrairement aux contes de fées classiques, les histoires de sa grand-mère parlaient de nombreuses périodes historiques : ancienne Égypte, antiquité chinoise, moyen-âge, âge d'or des incas, découverte de l'Amérique et même aussi l'avenir avec ses cités voguant dans l'immensité de l'espace.

Mais où sa grand-mère trouvait-elle une si fabuleuse imagination ? Ses descriptions si détaillées donnaient l'impression qu'elle avait vécu toutes ces périodes elle-même, mais Suzy savait très bien que cela était impossible. Alors un jour, elle avait fini par poser la question :

- Mamie ! Comment fais-tu pour inventer toutes ces histoires ? Tu les as lus dans des livres ?
- Non ma chérie, avait-elle répondu avec un sourire mystérieux sur les lèvres. Je les connais grâce à un objet magique que m'a laissé mon père. Il le tient de son père et c'est ainsi depuis de nombreuses générations dans notre famille. Un jour, je te le donnerais, tu comprendras alors.

Elle n'en avait pas dit plus sur le sujet. De nombreuses années s'étaient écoulées et Suzy avait grandi. Malgré son travail et sa vie d'adulte, elle avait toujours gardé contact avec sa grand-mère. Les parents de Suzy ne partageaient pas la même passion pour cette vieille femme qu'ils trouvaient excentrique, voire un peu folle. Raconter des histoires sur les pharaons en faisant comprendre qu'on les avait vécus personnellement, il fallait être un peu dérangé tout de même !

Un faible sourire apparut sur le visage de Suzy. Sa grand-mère était peut-être excentrique, mais certainement pas folle. Elle rouvrit les yeux et constata que dehors la neige tombait de plus belle. Avec un profond soupir, elle quitta la fenêtre pour s’approcher du divan situé non loin de la cheminée. Elle prit dans ses mains, la tasse de thé chaud qui l'attendait sur la table basse et s'assit confortablement en fixant du regard les deux objets qu'elle avait ramenés du notaire.

Ce matin, sa grand-mère avait été enterrée. Dans son testament, elle n'avait légué que quelques bricoles sans valeur, ce qui avait rendu la mère de Suzy folle de rage, pensant qu'elle allait enfin récupérer l'argent qui lui revenait de droit. Ce n'avait pas été le cas, la vieille femme n'avait presque rien. À sa petite fille, elle avait légué une lettre parcheminée scellée à la cire, une petite boite mystérieuse finement ouvragée, ainsi qu'une instruction : avant d'ouvrir le coffret, lire la lettre.

Suzy but une gorgée de thé chaud avant de reposer sa tasse et de prendre la mystérieuse lettre. Elle l'ouvrit lentement et prit soin de ne pas déchirer le parchemin en brisant le sceau. L'écriture fine et élégante de sa grand-mère remplissait la page. Au fur et à mesure de sa lecture, les sourcils de Suzy se froncèrent de plus en plus. Elle reposa le parchemin sur la table basse et prit de nouveau sa tasse. Tout en fixant le coffret ouvragé, elle ne put s'empêcher de murmurer :

- Un objet qui permet de voyager dans le temps ? C'est impossible !

Tout en se disant que finalement sa grand-mère avait peut-être perdu la tête durant les derniers jours de sa vie, elle se pencha en avant pour ouvrir le coffret. Elle y découvrit une superbe amulette reposant sur un lit de velours noir. En forme de scarabée, dans le plus pur style égyptien, il était fait d'or et de lapis-lazuli, cette pierre semi-précieuse couleur azur, largement utilisée à cette époque.

Les doigts de Suzy s'approchèrent de l'amulette, mais au dernier moment, avant de la toucher, elle se rappela de l'avertissement que sa grand-mère lui avait laissé dans sa lettre. « Au moment, où tu la toucheras, pense à la période du temps que tu souhaites visiter. Si tu veux aller à une année précise, ce qui n'est pas une obligation, n'utilise pas la numérotation de notre calendrier, l'amulette ne la connait pas. Au lieu de cela, pense à un événement historique très précis et pour le futur, commence par penser simplement au futur proche de ton époque. Quoi qu'il en soit, ne laisse pas ton esprit errer entre plusieurs périodes, car il pourrait t'arriver de grands malheurs. Rappelle-toi également que les personnes de l'époque que tu visites ne pourront pas te voir. Tu seras pour eux un fantôme invisible, mais tu pourras interagir avec ce qui t'entoure dans une certaine mesure. Pour finir, tu reviendras automatiquement à ton époque au bout de quelques heures. »

Suzy haussa les épaules. Elle était sûre que cet objet ne pouvait pas être un appareil à voyager dans le temps. Toutefois, dans le doute, elle focalisa son esprit sur l'Égypte antique, période où cette amulette semblait avoir été faite. Lorsque ses doigts légèrement tremblants rencontrèrent le métal froid, un éclair d'un blanc éclatant remplit la pièce pendant l'espace d'un battement de cil.

L'instant d'après, la tasse de thé tomba sur le tapis du salon dans un bruit sourd, avant de commencer à déverser son liquide ambré. Au-dehors la neige avait cessé de tomber. Le feu dans la cheminée continuait de crépiter doucement, mais dans la pièce, plus personne n'était présent pour l'entendre.



-------------
http://www.syl.vlana.fr/ - auto-édition - http://www.syl.vlana.fr/lecture-en-ligne/livre-jeu-zylaria-presentation.php - histoire dont vous êtes le héros



Réponses:
Posté par: Emeline
Posté le: 04 mars 2011 à 22:47
J'ai bien aimé ton histoire, entre réel et imaginaire.
J'ai apprécié l'orthographe correcte – si inhabituelle de nos jours …
Puisque tu le demandes, voici les remarques que je puis faire, après une première lecture :
   - Pourquoi parler de "lettre parcheminée scellée à la cire" ? Ce n'est pas de notre époque. Je dis cela à cause de ce passage : "l'avenir avec ses cités voguant dans l'immensité de l'espace". Évocation qui me semble plus le fait d'imaginations modernes.
   -"les deux objets qu'elle avait ramenés du notaire" : de l'étude du notaire est plus juste.
   -"il était fait d'or et de lapis-lazuli". Plutôt "elle", le pronom se rapportant au nom féminin "amulette" de la phrase précédente.
J'espère que mes quelques remarques ne te froisseront pas et t'aideront.
J'ajouterai que je n'ai aucune qualification pour faire une critique littéraire, seul mon amour de la langue française m'a dicté ces quelques mots.
Cordialement
Emeline


-------------
Emeline


Posté par: * Ça *
Posté le: 05 mars 2011 à 10:50


J’ai relevé quelques petits trucs, mais comme tu l’as demandé et que tu sembles bien ouverte aux commentaires constructifs, je vais te donner un avis clair sur ton texte. Bien sûr ce ne sera que mon humble opinion de lectrice sans appui d’une quelconque certification, mais ce sera franc et honnête.

Tout d’abord les petits trucs qui accrochent dans ce texte.
Dans « Un jour, je te le donnerais, tu comprendras alors. »     Mauvais temps de verbe. Peut-être une erreur d’inattention.

« … remplit la pièce pendant l'espace d'un battement de cil. » Erreur dans le choix du terme à mon avis. Remplacer le terme " pendant " par " durant " ou encore utiliser l’expression " le temps d’un battement de cil ". La préposition " pendant " serait plus appropriée pour une action d’une durée de vie plus longue qu’un battement de cil.

Une histoire douce, peut-être pas vraiment originale, mais pleine de promesses. Ton récit manque de développement à certains moments pour vraiment embarquer le lecteur. Par exemple, le paragraphe qui introduit les parents de Suzy dans le récit, est trop abrupt à mon avis et fait une coupure drastique avec l'image que le lecteur se fait de l'histoire à ce moment là, et ce, sans ajouter de réel effet dramatique. J’avais tout d’abord relevé le fait que tu ne précisais pas lequel du père ou de la mère était lié à la grand-mère, mais tu le dis de façon indirecte plus loin quand tu parles de l’héritage. Ne crois-tu pas que si tu développais sur le lien mère-fille un tout petit peu, ça apporterait plus de corps à l’histoire. Par exemple, en quoi les caractères des personnages divergent-ils ? Puisque la mère aurait dû normalement raconter ces mêmes histoires à sa propre fille lorsqu’elle était petite. Sa fille n'aurait jamais été sous le charme de ses récits ? Pourquoi ? De par son caractère, sa personnalité ? Et pourquoi, sa fille semble si hostile envers elle ? Car c’est réellement l’impression qui m’est restée à la lecture de ce texte.

Plus loin dans ton récit, tu écris que la vieille dame ne laisse pratiquement rien en héritage, mais pourtant sa fille semblait croire qu’il y avait de l’argent à la clé pour elle, dont elle se sent frustrée et en veut terriblement à sa mère. Pourquoi ? Pour de l’argent qui n’existe pas ? Y en a-t-il eu un jour, pour que sa fille le pense ? Sinon comment en est-elle arrivée à le croire ? Le lecteur peut difficilement lui-même croire au fait que la fille soit certaine d’un héritage qui n’aurait tout compte fait, jamais existé. Normalement, si on suit l'histoire, c'est à sa propre fille qu'elle aurait dû transmettre l'amulette, puisqu'elle même l'a eu de son père. Pourquoi alors l'avoir donné à sa petite fille ? Pour affinité de caractère ? Parce que la grand-mère sentait que sa petite fille en ferait bon usage ? On comprend que la mère de Suzy croyait que sa propre mère avait des idées rocambolesques, d'où la transmission du secret à Suzy. J'ajouterais seulement que dans le cadre d'un récit plus long, il serait bien d'avoir plus de détails sur ce point. Ça m'a un peu laissé sur ma faim.

Belle chute du récit. Prévisible, mais très imagée et qui cadre parfaitement au style du récit.

Somme toute un beau texte qui mérite d’être un peu retravaillé.




-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais




Posté par: vlana
Posté le: 07 mars 2011 à 05:48
Merci beaucoup Emeline et * Ça * pour vos commentaires et critiques.

Ne vous inquiétez pas, je ne me froisse jamais quand on me fait des remarques sur mes écrits, à moins que ces remarques soient intentionnellement méchantes ,ce qui n'est clairement pas le cas de vos commentaires. Au contraire, ils vont m'aider dans l'amélioration de mon style et des mes histoires.

C'est pourquoi j'ai lu vos postes avec beaucoup d'intérêt et que je vous remercie pour avoir pris le temps de me lire et de poster vos remarques. Maintenant, je n'ai plus qu'à bosser !

-------------
http://www.syl.vlana.fr/ - auto-édition - http://www.syl.vlana.fr/lecture-en-ligne/livre-jeu-zylaria-presentation.php - histoire dont vous êtes le héros


Posté par: * Ça *
Posté le: 07 mars 2011 à 07:15

Bonjour Vlana. Moi aussi je te remercie. De un, pour la confiance que tu nous témoignes. Tu as bien compris que nos commentaires se voulaient constructifs et ceci témoigne d'un grand respect pour tes présents et futurs lecteurs. Je pense qu'un écrivain aspirant ou non, qui est ouvert aux commentaires est respectueux de son lectorat.

De deux, parce que tu reviens nous dire que tu as pris la peine de lire nos commentaires. Pour ceci également je te remercie.
Il est déplaisant et démotivant de constater que lorsque l'on demande de lire et de commenter un texte, ne pas savoir si la personne s'est donné la peine de lire les avis demandés. Parfois, on voit même que la personne revient, mais elle ne se donne pas la peine de répondre aux commentaires ou questions que l'on pose. Et je dois dire que c'est démotivant pour répondre aux demandes suivantes.

Donc, merci à toi et surtout ne perd pas ta motivation et ton goût pour l'écriture. Ça nous en prend du monde qui écrive si on veut continuer à lire.




-------------
*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais




Posté par: vlana
Posté le: 07 mars 2011 à 09:06
Eh bien ! Je ne savais pas que certaines personnes qui demandent des critiques ne prennent pas le temps de remercier ceux qui ont pris la peine de le faire. Personnellement, je trouve que c'est la moindre des choses... mais bon... après tout, ce n'est que mon point de vue.

Comme je le dis toujours, si tu veux être respecté, respecte déjà les autres. Là aussi, c'est la moindre des choses.

Et là, je suis totalement hors sujet sur ce poste ! Désolée !

-------------
http://www.syl.vlana.fr/ - auto-édition - http://www.syl.vlana.fr/lecture-en-ligne/livre-jeu-zylaria-presentation.php - histoire dont vous êtes le héros


Posté par: jeanbatiste
Posté le: 05 septembre 2012 à 05:33
Bonjour à tous

lettre ouverte à madame "ça".

je viens de temps en temps lire des commentaires. je suis surpris de leurs gentillesses et de cette aide precieuse que donnez sans compter à vos amis. je me suis permi le mot "amis", car je pense que vous vous appreciez beaucoup.

et la aussi dans ce texte, je retrouve une critique constructive.alors, tout cela me pousse à une reflexion et à des questions:

-la lecture peut elle etre un snobisme?
-etre ou devenir ecrivain, c'est quoi?
- le respect du lecteur dans la qualite du texte, dans l histoire. dans quoi rentre le respect du lecteur?


J'ai repris le texte plus haut

Bonjour Vlana. Moi aussi je te remercie. De un, pour la confiance que tu nous témoignes. Tu as bien compris que nos commentaires se voulaient constructifs et ceci témoigne d'un grand respect pour tes présents et futurs lecteurs. Je pense qu'un écrivain aspirant ou non, qui est ouvert aux commentaires est respectueux de son lectorat.




Posté par: denis76
Posté le: 05 septembre 2012 à 05:44
Merci Vlana !
Quel beau conte, et que c'est bien écrit ! on veut la suite,...(Suzy se retrouve "favorite" de Cléopâtre, à l'éventer, ou autre...etc...)

Jeanbaptiste, pour moi, c'est loin d'être du snobisme, c'est une activité qui me permet de me relaxer, et de me cultiver ...(et d'échanger grâce à ce forum)

-------------


Posté par: denis76
Posté le: 05 septembre 2012 à 05:46
L'écriture a été pour moi l'expression d'un défoulement suite à une "oppression prolongée".

-------------


Posté par: jeanbatiste
Posté le: 05 septembre 2012 à 07:44
bonjour

je suis comme vous. une vie detruite et l'ecriture est un defoulement

merci de votre avis

bonne journne


Posté par: vlana
Posté le: 06 septembre 2012 à 06:29
Message posté par jeanbatiste


je viens de temps en temps lire des commentaires. je suis surpris de leurs gentillesses et de cette aide precieuse que donnez sans compter à vos amis. je me suis permi le mot "amis", car je pense que vous vous appreciez beaucoup.


jeanbatiste, ça et moi ne sommes pas vraiment des amies dans le sens où on se connait quasiment pas. Nous avons un peu échangé grâce à ce forum et encore je n'y suis que peu souvent. Je ne pense donc pas avoir été particulièrement chouchoutée. D'ailleurs, je ne l'aurais pas souhaité, car je prefère recevoir des critiques sincères. C'est parfois plus dur à entendre, mais cela permet d'avancer.

Message posté par denis76

Merci Vlana !
Quel beau conte, et que c'est bien écrit ! on veut la suite,...(Suzy se retrouve "favorite" de Cléopâtre, à l'éventer, ou autre...etc...)


Merci beaucoup Denis. Je ne souhaite pas écrire la suite, car le but était de laisser au lecteur l'occasion d'imaginer tout ce qu'il souhaitait ensuite. C'est juste une porte ouverte sans aucune prétention d'écrire une longue histoire derrière.

Pour finir, l'écriture a été dans une période de ma vie, une vraie bouffée d'air frais. J'en ai eu terriblement besoin à un moment donné et cela m'a fait un bien fou. Je vois que je ne suis donc pas la seule.

-------------
http://www.syl.vlana.fr/ - auto-édition - http://www.syl.vlana.fr/lecture-en-ligne/livre-jeu-zylaria-presentation.php - histoire dont vous êtes le héros



Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03 - http://www.webwizforums.com
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide - http://www.webwizguide.info