Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

Le parfum / Patrick Süskind

Imprimé depuis: Guide de la bonne lecture
Categorie: Littérature
Nom du Forum: Critiques
Description du Forum: Vous déposez vos critriques ici et nous en discutons!
URL: http://www.guidelecture.com/forum/forum_posts.asp?TID=1291
Date: 19 avril 2024 à 05:58
Version logiciel: Web Wiz Forums 8.03 - http://www.webwizforums.com


Sujet: Le parfum / Patrick Süskind
Posté par: loic
Sujet: Le parfum / Patrick Süskind
Posté le: 15 décembre 2008 à 04:51
Le parfum de Patrick Süskind
4° de couverture :
Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien.
Or ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».


Critique :
Quel livre ! Surprenant et original au départ, il sombre ensuite dans un grandiloquent n'importe quoi.
Partant d'un personnage ayant un don exceptionnel, Süskind nous entraîne dans un dédale d'odeurs et de parfums. Si le style est parfois lourd, avec des énumarations d'une longueur hallucinante (on peut atteindre la page complète), l'histoire de ce petit bonhomme est assez fascinante. Croisant tout type de personnage, se construisant une identité, on l'apprécie, même si le surnaturel pointe le boût de son nez. Malheureusement, ce Grenouille quitte Paris et, au même moment, Süskind perd son écriture. Si le style s'allège, c'est aussi le cas de l'histoire, qui dérive vers du grand n'importe quoi. Entre la bête que devient Grenouille qui survit 7 ans seuls, dans le Massif Central, survivant à des hivers rudes habillés en fripes, jusqu'aux délires de plus en plus inconcevables que provoquent ses parfums, Süskind ne décrit plus l'histoire d'un meurtrier, comme le dit le sous-titre du livre, mais un délire. A priori, l'auteur a lui aussi sucombé au parfum génial créé par Grenouille et n'a plus su quoi écrire. La fin frise le ridicule.

Dommage, il y avait du potentiel dans cette histoire d'un être exceptionnel mais incompris. Süskind l'a gâché (et, peut-être, aussi le traducteur, certaines expressions me semblant bien décalées).

Je lui met la "moyenne", parce que le début est plutôt bon.







Réponses:
Posté par: annalekt
Posté le: 22 décembre 2008 à 04:24
bonsoir,j'ai trouvé,pour une fois ce qui est rare,que le film était meilleur que le livre.en regardant le film qui est prenent,par moment j'avais l'impression de sentir les odeurs décrite dans le film.bonne journée.

-------------
Un clown,c'est toujours triste.



Imprimer la Page | Fermez la fenêtre

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03 - http://www.webwizforums.com
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide - http://www.webwizguide.info