Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Vos écrits
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Connexes à la lecture : Vos écrits
Icône du message Sujet: Ma première nouvelle Répondre Nouveau sujet
Auteur Message
camillek
Discret
Discret

Depuis le: 08 août 2013
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 3
Citer camillek Réponsebullet Sujet: Ma première nouvelle
    Envoyé : 29 septembre 2013 à 00:00
Je me suis dis hier soir, "pourquoi pas m'y mettre ?"
Alors j'ai décidé de vous poster aujourd'hui la petite nouvelle que j'ai essayé de rédiger pour la première fois. Si vous ne comprenez pas certains choix d'écriture ou bien où je veux en venir dans mon histoire, dites-le moi et je posterai mes idées ensuite

J'accepte les regards positifs comme négatifs (tant que ça reste poli), j'aimerai que vous me disiez ce que vous avez aimé, moins aimé dans mon récit, et si vous avez des conseils pour m'améliorer je suis preneuse bien entendu !

Bonne lecture !




    Au loin se tient un monsieur au bord du quai. Il doit probablement attendre un train. L'homme est vêtu d'un uniforme noir, avec une cravate blanche et porte sur sa tête un chapeau melon. 17H57. Le train ne devrait plus tarder. Je dois me rendre chez ma mère pour lui donner mon panier rempli de fruits cueillis dans la forêt cet après-midi. Il a fait ensoleillé et venté toute la journée, ce fut agréable d'ailleurs. Peut-être que ce monsieur part rejoindre sa femme et ses enfants. Je ne vois pas son visage car je suis dos à lui. Quel carrure a-t-il ! Il me paraît grand et mince. Plus je m'approche et plus j'ai la sensation que son corps s'allonge vers le ciel. Le soleil couchant m'éblouit, cet homme aurait pu se retourné que je ne m'en serais même pas aperçue. Il n'a pas l'air de m'avoir remarqué, ni même de remarqué les rayons du soleil qu'il reçoit de plein fouet au visage. Est-il aveugle ? Peu à peu, je me situe à côté de lui. Lorsque j'essaie d'apercevoir son visage, je me rend compte que ce n'est pas très poli de dévisager un inconnu. Je tourne subitement la tête, à tel point que j'ai cru, pendant un bref instant, que l'homme en question n'avait point de face. 17H59 ? Je regarde à ma gauche en direction des railles. Pas de train en vue pour le moment.Sera-t-il en retard ?

    Le soleil fini sa course derrière une petite colline, elle-même cachée par une rivière de brume. La chaleur diminue peu à peu, à mesure que la lumière du jour disparaît. Le ciel rose orangé ne va pas tarder à être englouti par le brouillard qui galope en notre direction. 18H04. Le train est bien en retard. Pourtant il n'y a pas de travaux sur cette voie. Le chauffeur s'est-il trompé de route ? Ou me suis-je trompé de train ? Une légère brise commence à souffler, dirigeant la brume sur les railles de la voie. Je ferme mon manteau et serre un peu plus mon écharpe autour de mon cou. Que fait le train ? Je ne voudrais pas arriver en retard chez ma mère...que penserait-elle ? De même pour ce monsieur, et si quelqu'un l'attendait vraiment ? Je suis tentée de lui demander où il va, mais je n'ose même pas tourner la tête vers lui. Alors, je regarde mes chaussures tâchées de terre et de quelques brins d'herbes.

    La fatigue monte en moi. Cette après-midi a été des plus merveilleuses, dommage qu'elle se soit terminée si vite. 18H10. Je me demande finalement si ce train va finir par arriver. Le ciel se fait de plus en plus sombre, l'atmosphère de plus en plus brumeuse. C'est à peine si je vois encore la colline. Quelques gouttes de pluie commencent à tomber sur mes souliers, mon manteau, le bout de mon nez...C'est bête car je n'ai rien pour me couvrir la tête. De son coté, la brise s'atténue, je n'entend presque plus de vent souffler dans mes oreilles. A présent c'est un bourdonnement. Comme une vibration. La terre commence à trembler, les railles à chanter. Sa y est, je ne devrais plus attendre très longtemps. Au même instant, un autre bourdonnement me provient. Celui-ci me chatouille plus qu'il ne vibre à l'intérieur de moi. D'où provient-il ? Cela ne ressemble pas à un bruit de moustique. Alors, je comprend d'où il vient. Les chatouillis se font nettement ressentir du coté droit de mon crâne. Je tourne légèrement la tête, et lève très délicatement les yeux vers cet homme qui n'a pas bougé depuis mon arrivé, et qui ne dit rien. A ce moment, je crus ressentir mon dernier battement de cœur à l'intérieur de ma cage thoracique. Le sentiment de lourdeur m'a pénétré ainsi que l'épouvantement.

    Avez-vous déjà vu le visage de la peur ? Cette émotion qui vous fige et qui vous rend incapable de dire ou de faire quoique ce soit ? Cette paralysie, c'était ça le visage de cet homme qui me fixait de ses grands yeux exorbités qui n'existaient pas auparavant. Il essayait de bredouiller quelque chose, de sa bouche grande ouverte, comme s'il désirait crier ; mais c'est à peine s'il arrivait à articuler. Que lui arrive-t-il ? Pourquoi cette panique soudaine ? Mon cœur bat la chamade. Je ne comprend plus rien. Où suis-je ? La pluie tombe en trombe. Les gouttes d'eaux giclant sur le fer des railles émettent des échos résonnants les uns entre les autres. Cela m'est insupportable. Plus ça tombe, et plus les échos se rapprochent des bruits de cloches qui sonnent. Cependant si les gouttes propagent des sons stridents, celles qui me tombent dessus dépeignent sur mon manteau qui fond progressivement. Cet homme aussi se fait dévisagé par cette pluie acide. Son visage est de plus en plus monstrueux et alarmant. Face à lui ma respiration se perd, mon cœur s'emballe, mes jambes tremblent sans pouvoir bouger. Les railles vibrent de plus en plus fort, la pluie s'est transformer en véritable cacophonie, le paysage s'écroule autour de moi, et cet homme déchire sa bouche à mesure qu'il essaie d' hurler. Les tremblements sont de véritables séismes, à l'arrivé de ce train qui nous dépasse à grande vitesse sans nous voir. FONT = Verdana
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7620
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 29 septembre 2013 à 15:03

Je suis toujours franche dans mes opinions. Jamais complaisante, mais honnête et je ne suis pas ici pour terroriser les autres.   


J'ai fait une copie pour lire à tête reposée. Il faut me donner quelques jours par contre avant que je puisse revenir donner mon avis.





*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7620
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 30 septembre 2013 à 14:06

À prime abord, le ton saccadé du début m'a un peu désarçonnée. Ça donne un récit moins fluide pour finalement me plaire.
Le lecteur saisi bien le cheminement de pensée du personnage.

Technique un peu déficiente au niveau de la ponctuation et de la grammaire. À corriger autant que possible avant de soumettre un texte.

Le dernier paragraphe est nébuleux pour moi. Je ne suis pas certaine d'avoir compris la raison du déraillement de l'histoire.
Au bout du compte, je vois la finale comme un tableau surréaliste à l'image des montres coulantes de Dali.

L'histoire me plaît. Beaucoup de possibilité dans ce texte, mais je dirais de retravailler surtout la finale et de corriger les fautes.




*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
camillek
Discret
Discret

Depuis le: 08 août 2013
Pays:
France
Status actuel: Inactif
Messages: 3
Citer camillek Réponsebullet Envoyé : 09 octobre 2013 à 12:29
Bonsoir,
désolée j'ai été un peu lente à répondre (mon ordi ne voulant pas se rendre sur le forum !)

Merci pour les conseils et les remarques, en effet mon début est assez déstabilisant étant donné que le récit commence là où l'histoire a déjà commencé... L'effet coulant des tableaux de Dali est bien ce que je voulais montrer, je voulais aussi que l'univers du rêve ressorte : un paysage qui fond est tout sauf réaliste.
IP IP Noté
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.141 secondes.