Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Générale
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Générale  
Icône du message Sujet: Dernier livre lu Répondre Nouveau sujet
<< Précédent Page  de 316 Suivant >>
Auteur Message
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 09 juin 2017 à 23:44
Merci .Taffy, j'ai l'impression que c'est trop noir pour moi!

Quant à moi, je viens de finir Impasse des deux palais de Naguib Mahfouz. J'ai beaucoup aimé! Ça se passe au début du XXe siècle dans une famille musulmane de la bourgeoisie en Égypte, on voit comment ils vivaient, la condition des femmes (elles étaient littéralement prisonnières dans leur maison!), comment les événements politiques (occupation anglaise) les affectaient.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Taffy
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 19 mars 2012
Pays:
Canada
Status actuel: Inactif
Messages: 2661
Citer Taffy Réponsebullet Envoyé : 10 juin 2017 à 14:20
Message posté par Grominou2

Merci .Taffy, j'ai l'impression que c'est trop noir pour moi!

Quant à moi, je viens de finir Impasse des deux palais de Naguib Mahfouz. J'ai beaucoup aimé! Ça se passe au début du XXe siècle dans une famille musulmane de la bourgeoisie en Égypte, on voit comment ils vivaient, la condition des femmes (elles étaient littéralement prisonnières dans leur maison!), comment les événements politiques (occupation anglaise) les affectaient.


ET je commence à me demander si ce n'est pas un peu trop noir pour moi aussi!

ça n'a pas été trop difficile de lire sur la condition des femmes grominou?
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 10 juin 2017 à 18:25
Oui c'est assez terrible, surtout quand on se dit que c'est encore comme cela dans certains pays, ou que c'est en train de le redevenir après une période plus libérale...

Mais il y a aussi des passages légers dans le roman: il y a beaucoup d'amour entre les membres de la famille, et aussi des passages drôles avec les facéties du plus jeune garçon. Donc c'est une lecture qui n'est pas du tout pénible.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 15 juin 2017 à 19:45
Terminé Limonov d'Emmanuel Carrère. J'ai été un peu déstabilisée au début car je croyais que c'était au sujet de son grand-père, qui était russe. J'ai dû me tromper avec une autre de ses œuvres. Dans celui-ci, il fait la biographie d'un écrivain et homme politique russe et nous fait en même temps revisiter plusieurs événements importants des 50 dernières années. Très intéressant!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 20 juin 2017 à 02:23
Déjà fini Dark Tower 6 de King... Argh quel suspense, je ne résisterai pas longtemps avant de lire le 7e et dernier tome!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 20 juin 2017 à 22:57
A propos de ton livre sur l'Egypte et les musulmans, il serait intéressant que tu lises "Souad brûlée vive", autobiographie.
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 20 juin 2017 à 23:21
LA RENARDE __ MARY WEBB

Pays de Galles. Hazel Woodus, 18 ans, protège les animaux de la forêt chassés ou piégés par les hommes. Ses amis sont un lapin à l'oreille cassée, un merle aveugle et une belle petite renarde : Narde. Hazel est la fille d'Abel, un sauvage de la forêt qui fabrique des cercueils, tresse des couronnes et élève des abeilles. En revenant de chez sa tante à pied la nuit, elle est prise sur le cheval de l'esquire Reddin qui tombe fou amoureux d'elle. Mais le nouveau pasteur Marston tombe aussi fou amoureux d'elle, et l'épouse. Que fera le brutal Reddin ?

Roman sylvestre, campagnard, des bois et forêts, de la Nature. La fraîcheur d'Hazel qui parle à ses animaux comme les héroïne de Disney, est une fée, une elfe. Pauvre, non éduquée, non instruite, dont la mère morte prématurément est une demi-sorcière, elle éprouve une grande compassion pour les êtres faibles et sans défense. Elle me fait penser à la Reine des Neiges par son énergie et la rousseur de son abondante chevelure.
Le roman me fait penser à Rox et Rouky, car d'un côté le robuste chasseur Reddin ne pense qu'à conquérir le gibier avec ses chiens, et les femmes avec sa virilité. D'autre part les faibles et innocentes Hazel et Narde, ce sont Rox, les êtres gracieux mais chassés.

On peut trouver une philosophie dans ce roman, quand Hazel, qui veut rester une jeune fille libre et non mariée, s'oppose avec Marston à la gentry : le fermier James, l'esquire Reddin qui a abusé d'elle, et la mère du pasteur ( le genre de femme à fond dans la religion, mais d'un jugement coupant et sans appel ) : les rumeurs de la gentry sont supérieures à la vérité des faibles.

Une autre philosophie, ou plutôt "anti-philosophie" est l'incapacité de Hazel de résister à l'attrait du mâle, forme d'une certaine passion, ou même d'une sorte ensorcellement : ce phénomène est relevé par Aristote et Spinoza.

L'oeuvre, qui décrit un quotidien du pays de Galles du début du XXè siècle, monte en puissance jusqu'à la dernière scène : la chasse au renard finale.

Deux petites remarques :
Norbert Elias écrit que le sport est né en Angleterre de la chasse au renard, une activité que les Anglais jugeaient "fair-play". Cette chasse est bien présente dans ce roman.

J'ai vécu une histoire sociale similaire à celle du révérend Marston avec la jeune sauvageonne. Je me suis tout de suite identifié au pauvre pasteur, prévoyant qu'il allait au-devant de belles difficultés en épousant Hazel.
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 21 juin 2017 à 04:45
Message posté par denis76

A propos de ton livre sur l'Egypte et les musulmans, il serait intéressant que tu lises "Souad brûlée vive", autobiographie.

Les histoires vécues j'ai de la difficultés, je trouve ça vraiment dur!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 21 juin 2017 à 11:53
ok : )
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 22 juin 2017 à 07:59
La concession de la Providence _ Guy CROUSSY

Ma-Geo (Marie-Georges Lescaut) est cadre d'entreprise dans le Nord des corons, pendant les 30 glorieuses. Elle vit avec son fils Julien, près de la concession de la Providence, un marécage qui a une histoire.
Elle sent le besoin d'un père pour son fils de 10 ans. Après avoir été arnaquée par une agence matrimoniale, elle revient vers Stephan Borgine, issu de la cité polonaise. Grâce aux bourses, il est devenu ingénieur de la prestigieuse Ecole des Mines, et travaille comme ingénieur de fond dans la houillère proche. Stephan va devenir complice avec Julien à la pêche et à la chasse dans la concession.

Dommage ! Ce style haché et sans mise en perspective gâche tout. Les cent premières pages sont difficiles à lire à cause de cela.
Dommage, car ce livre décrit, avec en premier plan une famille recomposée, Ma-Geo, son fils Julien et le beau père Stephan Borgine, l'agonie dramatique des houillères du nord.

Je retrouve la France de mon enfance, celle des années 60-70, celle de "Les trente glorieuses" où Jean Fourastié , sociologue, analyse superbement cette croissance économique de l'après guerre, ce changement de perspective où l'on passe de l'ère industrielle à la société des services :

"Les Charbonnages de France ont voulu honorer le promotionnaire (Borgine) et montrer qu'ils pouvaient encore faire preuve d'éclat".

La France où les recruteurs recherchaient des jeunes comme moi pour seconder le fondé de pouvoir de la Société Générale du Havre ,

La France des corporations, où les Sang et Or de Lens pouvaient battre les multinationales comme le PSG ; la France des valeurs où l'excellence comptait plus que l'ENA : Polytechnique, Centrale et les Mines étaient le Graal après math spé ;

La France des syndicats où Georges Séguy s'en donnait à coeur joie dans la rue ;

Il y a aussi cette façon datée de traiter les "opératrices" comme des moins que rien....Mais ça, c'était avant.

Parallèlement à cette agonie du charbon moins rentable, percent les dents longues des promoteurs et architectes sur La concession de la Providence, bassin houiller fermé, dont les marais font les délices de Stephan et Julien comme lieu de pêche et terrain de chasse.

Et parallèlement à cette agonie, Ma-Geo atteint son but en misant sur Stephan comme beau-père de Julien : en plus d'être un modèle de d'anticipation et de courage au travail, il est un grand frère pour Julien au foot-ball, à la chasse et à la pêche.
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 23 juin 2017 à 16:36
D'où vient cette expression, les 30 glorieuses?
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 23 juin 2017 à 23:17
C'est ce qui se termine en Chine actuellement.

En France, après WW2, pendant 30 ans, de 45 à 75, l'économie a progressé de 7% par an, ce qui est exceptionnel. Jean Fourastié en a fait un ouvrage.
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 12101
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 25 juin 2017 à 20:23
Ah oui d'accord, le boom économique d'après-guerre. Merci pour l'info Denis!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 26 juin 2017 à 16:42
Yes !
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1132
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 05:53
34. "Tony et Susan". d'Austin WRIGHT (traduit de l'anglais par Philippe DROUARD) chez Pocket, 2017, 452 pages.

Résumé de Babelio:

Remariée à un brillant médecin, mère de trois enfants, Susan Morrow mène une vie plutôt paisible. Jusqu’à ce qu’elle reçoive un étrange présent : son premier mari Edward qui, jeune, se rêvait romancier, lui envoie le manuscrit de Bêtes de nuit, un roman qu’il vient d’achever, en lui demandant son avis, elle qui à l’époque l’encourageait tant à écrire. Le trouble naissant de Susan ne va faire que croître au fil de la lecture : ce livre raconte en effet le drame d’un homme, Tony, kidnappé sur l’autoroute avec sa femme et sa fille, alors qu’ils se rendaient dans leur maison de vacances dans le Maine. L’enlèvement tourne à la tragédie. Inquiétant : Susan possède elle aussi une maison dans le Maine. Que veut réellement lui révéler Edward… ? La lecture de Bêtes de nuit va être pour Susan l’occasion d’une pénible mais salutaire introspection.

Notice sur l'auteur:

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Yonkers , le 06/09/1922
Mort(e) à : Cincinnati , le 23/04/2003
Biographie :

Austin McGiffert Wright est un romancier, critique littéraire et universitaire.

Diplômé à l'Université Harvard en 1943, il a servi dans l'armée de 1943 à 1946. Il obtient son master en 1948 et son doctorat en 1959 à l'Université de Chicago.

Austin Wright a été professeur de littérature anglaise à l'Université de Cincinnati pendant presque quarante ans.

Il est l'auteur de sept romans dont "Tony et Susan" (Tony and Susan, 1993) adapté au cinéma par Tom Ford sous le titre "Nocturnal Animals" en 2016. Le film a reçu le Lion d'argent - Grand prix du jury à la Mostra de Venise 2016.

Mon avis:

Le style est bon et le roman se lit aisément, rapidement, on a envie de tourner les pages. Il est intéressant de lire ce "récit dans le récit" qui est très bien fait et parfaitement cohérent.

Le ton en est étonnamment moderne, j'ai été surprise de découvrir que l'auteur était né avant-guerre. Ceci dit, malgré le plaisir pris à la lecture de ce roman, je suis restée un peu dubitative sur la fin: je ne comprends pas le pourquoi de cet envoi de manuscrit à une ex-épouse.

Je m'attendais à un retournement de situation, à une révélation fracassante... Rien de tout cela. La dame referme le roman et point final! Le film tiré de ce livre et récompensé par un prix est paraît-il, plus explicite et plus passionnant! J'aimerais le voir!
«La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme cultivé puisse les accepter me semble la pire des immoralités.»
Oscar WILDE
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1132
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 06:19
35. "Attention au Parquet" de Will WILES (traduit de l'anglais par Françoise PERTAT) éditions Liana LEVI, 2014, 297 pages.

Résumé de Babelio:

Un appartement spacieux et clair, dans une ville étrangère, prêté par un ami pour un temps indéterminé. Une aubaine. Notre héros londonien pense y trouver le calme et le temps nécessaires à l’écriture de son roman. Ici, aucune faute de goût: baies vitrées, murs immaculés, meubles de grands designers, piano à queue et parquets blonds.

Tout est parfait, vraiment. Sauf que… La découverte de plusieurs listes d’instructions aussi précises qu’obsessionnelles, disséminées ici et là par Oskar, le propriétaire, vont très vite l’inquiéter. D’autant que les deux chats de la maison ne l’aideront pas à laisser les lieux dans l’état où il les a trouvés.

Pourtant, c’est la seule exigence d’Oskar. Au début, c’est une simple auréole laissée sur le plancher par un verre de vin, puis un coup de griffes sur le cuir d’un canapé, et puis, tout s’enchaîne, ou plutôt se déchaîne, comme si l’appartement lui-même et son si précieux parquet s’acharnaient contre le nouvel occupant, lequel a un penchant marqué pour la boisson…

Absurde, cruel, presque kafkaïen – l’humour british en plus –, Attention au parquet !, critique drôlissime de la perfection, est un monologue intérieur aussi addictif qu’un thriller.

Notice sur l'auteur:
Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Inde , 1978
Biographie :

Anglais, né en Inde, Vit actuellement à Londres.
Il est rédacteur en chef adjoint de la revue d'architecture et de design Icon.
"Attention au parquet" est son premier roman


Mon avis:

J'ai trouvé ce roman excellent! Je l'ai lu avec beaucoup de plaisir. Il est bien écrit, dans un style vigoureux et cependant subtil, pas forcément compréhensible du premier coup. L'auteur est sans aucun doute un érudit, cela transparaît dans son écriture, ce qui ne la rend pas indigeste, loin de là!

L'histoire commence doucement et va progressivement en s'emballant, pour terminer en apothéose! Tout cela parsemé de tout un tas de petits détails savoureux ou horrifiques! Au passage, il égratigne les "nouveaux" pays de l'Est, là où se déroule l'action, sans en citer un nommément.

Il livre une vision drôlatique de plusieurs milieux artistiques et autres et s'adonne avec une joie féroce à la satire mais sans caricature et d'une manière intelligente. A lire pour passer un bon moment en n'oubliant pas le second degré!
«La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme cultivé puisse les accepter me semble la pire des immoralités.»
Oscar WILDE
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1132
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 06:47
36. "Un dimanche au bord de la piscine" de Madeleine WICKHAM alias Sophie KINSELLA(traduit de l'anglais par Michel GANSEN), chez Belfond, 2013, 386 pages.

Résumé de l'éditeur:

Amelia et Katy, neuf et sept ans, ne se tiennent plus d'excitation : dimanche, c'est la fête chez les Delaney, ils ouvrent la piscine à tout le village ! Et on annonce du beau temps, que demander de plus ?

Sauf que la fête va tourner à la catastrophe : Katy fait une mauvaise chute. Alors que la fillette est évacuée à l'hôpital, la consternation laisse place à la colère.

Qui surveillait les filles ? Pour sûr, les parents étaient encore en pleine dispute ! Le père a dû flirter avec la jolie pianiste qui vient de s'installer au village. Et les Delaney, ne sont-ils pas aussi responsables ? Depuis le temps qu'on leur dit que leur piscine n'est plus aux normes. D'ailleurs, la mère ferait bien de suivre les conseils de son jeune et bel avocat et leur faire un procès !

Bientôt, c'est tout le village qui va se déchirer, réveillant au passage les vieilles rancoeurs et les ragots les plus croustillants...

Mon avis:

Je sais que l'auteur, Madeleine WICKHAM alias Sophie KINSELLA est surtout connue pour son roman" L'Accro au Shopping" et sa suite. Il est courant de la traiter d'auteure " pour femmes" d'une manière assez péjorative. Je n'ai jamais lu cette série à succès, mais j'estime que le succès n'est pas une preuve de crétinisme des lecteurs! Cette auteure a aussi écrit d'autres romans, indépendants les uns des autres. J'avais gardé un bon souvenir de son roman: "Week-end entre amis".

Celui-ci est du même tonneau et tout aussi intéressant. L'intérêt de l'histoire ne faiblit jamais, et donne envie de connaître la suite. Les personnages ne sont pas caricaturaux, mais bien décrits et très crédibles. On découvre toute la cruauté qui régit les rapports humains d'une petite communauté, dès que certains d'entre eux sont considérés comme coupables et livrés à la vindicte populaire!

Le mariage, l'amour, l'amitié... tout cela passé au crible d'une intelligence lucide et cependant bienveillante. Nous ne sommes pas dans le domaine du "Noir" donc le dénouement est heureux mais sans aucune mièvrerie!

«La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme cultivé puisse les accepter me semble la pire des immoralités.»
Oscar WILDE
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1132
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 07:12
37. "Je sais pas" de Barbara ABEL chez Belfond, 2016, 430 pages.

Résumé de Babelio:

C'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons. La météo clémente et l'enthousiasme des éducateurs comme des enfants donnent à cette journée un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand une enfant manque à l'appel. C'est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. C'est l'affolement général.
Tandis que deux enseignantes ramènent le groupe d'enfants au car, les autres partent aussitôt à sa recherche. Mylène prend une direction différente, s'aventurant donc seule dans la forêt. Au bout d'une demi-heure, les forces de l'ordre sont alertées. Un impressionnant dispositif est mis en place et l'équipe du capitaine Dupuis se déploie dans la forêt avec une redoutable efficacité. Et puis Emma réapparaît.
Le soulagement de ses parents arrivés sur place, Camille et Patrick, est à la hauteur de l'angoisse qu'ils ont éprouvée. Visiblement, il y a eu plus de peur que de mal pour la petite. Pourtant, la battue doit continuer avant la tombée de la nuit, car cette fois, c'est Mylène qui ne revient pas. Camille a retrouvé sa fille. En vérité, elle ne le sait pas encore, pour elle, le cauchemar ne fait que commencer.

Notice sur l'auteur:

Barbara Abel, née le 3 décembre 1969 à Bruxelles, est une auteure belge de roman policier . À 15 ans, Barbara Abel suit des cours de théâtre à l’Académie d’Etterbeek (Belgique ). Elle étudie ensuite à l’Université libre de Bruxelles et y obtient une licence en philologie romane, puis suit les cours d’interprétation du Passage à Paris. Elle exerce un certain temps le métier de comédienne et participe à des spectacles de rue.
Elle écrit sa première pièce de théâtre à 23 ans, L’Esquimau qui jardinait, montée sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa (Belgique). Après avoir publié quelques textes en revues, en 2002, son premier roman L’instinct maternel, est lauréat du Prix du roman policier de Cognac.
Ses récits de suspense évoquent souvent des milieux familiaux étouffants où germent délits et folie. Son roman Un bel âge pour mourir, paru en 2003, a été adapté pour France 2avec Marie-France Pisier et Émilie Dequenne dans les rôles principaux.

Mon avis:

J'avais déjà lu deux romans de cette excellente auteure.
Celui-ci est son plus récent et, je le crois, son plus glaçant.
Même après l'avoir refermé, j'en étais marquée, ce qui est rare!
L'écriture est nette et sans aucune fioriture. Les lieux, les personnages, tout se découpe comme dans un film ou une série télé.
L'histoire est tout bonnement terrifiante, à mon avis parce qu'elle met en cause une petite fille de 5 ans! Loin d'être la victime, elle est au contraire responsable d'un crime horrible! Inconscience, préméditation, complicité d'un adulte?   Toutes les théories se bousculent jusqu'à l'explication finale qui laisse la porte ouverte à bien des interrogations. Les personnages qui entourent l'enfant sont épouvantables, chacun dans leur genre. Eux aussi sont coupables, et de quelle terrible manière!
Un livre inoubliable, tant il est bien écrit et tant son histoire est angoissante et semble réelle!

A déconseiller en cas de déprime!
«La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme cultivé puisse les accepter me semble la pire des immoralités.»
Oscar WILDE
IP IP Noté
Lélia
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 28 mai 2008 Status actuel: Inactif
Messages: 1132
Citer Lélia Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 07:39
Bonjour aux amis du Guide!

Je viens de poster 4 avis de lectures et un abandon!

Le mois de juin a été rempli d'activités familiales et de démarches!

J'espère être un peu plus présente en juillet!

«La moralité moderne veut que l'on accepte les normes de son époque. Qu'un homme cultivé puisse les accepter me semble la pire des immoralités.»
Oscar WILDE
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6510
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 29 juin 2017 à 09:41
Tu lis beaucoup, Lélia. Tu es sur babelio ? Sous quel pseudo ?
IP IP Noté
<< Précédent Page  de 316 Suivant >>
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.703 secondes.