Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Nous sommes ce que nous lisons » -- Alberto Manguel
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Tout est fatal
4 étoiles

    King, Stephen  lister les titres de cet auteur 
  King nous offre en ici un recueil de nouvelles. L'ensemble se compose d'histoires à la provenance assez hétéroclite. E-nouvelle, livre-audio, anthologies diverses, exclusivités... Bref, un peu de tous les horizons pour ces 14 nouvelles dont bien peu avaient été accessibles avant ce recueil.
Je vais tout d'abord vous faire un tour d'horizon de chacune des nouvelles puis ensuite je vous donnerai mon sentiment général.
Salle d'autopsie quatre
Un homme se retrouve dans une salle d'autopsie; il est vivant, mais il n'est ni le médecin légiste, ni un enquêteur, ni un assistant. Bref, il n'a rien à y faire mais il y est tout de même. Qui est-il?? La victime bien sûr! En effet, le personnage principal de cette nouvelle se retrouve dans une salle d'autopsie. Une piqûre de serpent l'a paralysé à un tel point qu'il ne peut plus bouger et que ses signes vitaux donnent l'impression d'être à zéro. Mais il vit toujours. Et voit le bistouri et la scie électrique du médecin légiste et de son apprenti se rapprocher de plus en plus... Angoisse... et plaisir à la lecture.
L'homme au costume noir
Un jeune pêcheur fait la rencontre du diable au détour d'une rivière. Une nouvelle classique chez King, mais qui n'est pas pour autant désagréable à lire.
Tout ce que vous aimez sera emporté.
Un soir, dans un motel sordide au fin fond d'une route perdue au fin fond d'un coin paumé. Un représentant s'arrête pour passer la nuit, comme tant d'autres, dans ce genre de motel. Mais il décide que cela sera sa dernière nuit. Il se prépare à mettre fin à ses jours, mais il y a quelque chose qui cloche. Que faire de son carnet favori, de son carnet dans lequel il collectionne ses petits messages que l'on trouve sur les murs des W.-C. et autres lieux publics? Une collection haute en couleurs et en propos qui ont leur saveur particulière. Il ne peut se résoudre à se débarrasser de ce résultat de plusieurs années de voyage sur les routes américaines mais il n'ose le laisser à la portée de ceux qui viendront enquêter sur son suicide, sa signature serait bien trop... originale. Que faire? Surprenante et plaisante.
La mort de Jack Hamilton
Vous aimez les histoires de gangsters qui courent de planque en planque pour échapper à la police locale alors que l'un des leurs est en train de mourir des suites d'une blessure? Eh bien vous allez être servi car telle est la teneur de cette nouvelle au demeurant fort classique dans l'histoire, bien que l'on ne s'attende pas à la voir signée par King.
Salle d'exécution
Un journaliste un peu trop curieux se retrouve dans les geôles d'un maniaque de la torture. Et presque tous les espoirs de survie sont passés aux oubliettes...
Comme la précédente nouvelle, celle-ci sort de l'ordinaire par rapport au style de King, mais se laisse lire.
Les petites soeurs d'Eluria
Fans de Roland et la tour sombre, réjouissez-vous. King a éparpillé son œuvre de petites annexes concernant sa saga et cette nouvelle en est une. Alors que Roland est lancé à la poursuite de Walter, il se retrouve dans un village où il tombe sur des infirmières qui vont le soigner après une agression. Sauf que les infirmières ne soignent pas, elles tuent. Voilà de quoi placer le grand héros de King dans une situation plutôt périlleuse.
Je dois avouer que je n'ai pas été particulièrement emballé par cette nouvelle. En tant que telle, elle contient des ingrédients kingiens, elle a une histoire aussi bonne que d'autres histoires mais elle se déroule dans l'univers de La tour sombre, univers que je n'ai pas encore découvert; j'ai été un peu gêné et je ne l'ai pas apprécié à sa juste valeur.
Tout est fatal
Cette nouvelle donne, vous l'aurez compris, son nom au recueil. Et ce n'est pas un mal car la nouvelle est franchement bonne. Imaginez un jeune qui reçoit sur son paillasson, toutes les semaines, 70 dollars. Seulement 70 dollars mais tout ce qu'il désire lui est offert, toutes ses consommations domestiques lui sont offertes, l'entretien de tout ce qui lui appartient aussi. Bref, il est logé, nourri, entretenu. Quel job formidable n'est-ce pas! C'est bien ce qu'il croit jusqu'au jour où il comprend que son job est « fatal ». Ce jeune homme a en fait un don : la capacité, en créant des signes géométriques, d'influer sur le psychique d'une personne jusqu'à la pousser au suicide. Il s'est rendu compte de ce pouvoir un peu par hasard et une riche entreprise, qui passe son temps à détecter et former ces quelques rares personnes, l'embauche. Elle les forme et leur donne une tâche : tuer ceux qui sont nuisibles pour la société. Voilà une idée qui ne déplaît pas à ce jeune qui se laisse séduire. Et qui applique son travail, contre la rémunération que nous avons vue, dans une totale impunité. Envoyer ses lettres magiques ne représente que quelques clics de souris pour lui jusqu'au jour où il découvre dans un journal le suicide d'une personne qui, après recherche, n'avait rien de particulier à se reprocher. Si ce n'est d'avoir été « suicidé » par notre jeune homme. S'ensuit alors une remise en question et une conclusion fatale.
Une histoire bien menée, de qualité. Certains aspects ne sont pas parfaits mais l'ensemble est très bon.
L.T. et sa théorie des A.F.
Offrir un animal de compagnie est le pire des cadeaux selon King. Voilà comment il résume la situation : « Eh chéri, je te fais ce merveilleux cadeau, c'est une machine qui bouffe par un côté et chie de l'autre, et tu en prends pour une quinzaine d'années, joyeux Noël! » La situation est peut-être un peu caricaturale mais assez explicite. Et à partir de ce constat, il imagine une histoire où chacun de deux membres d'un couple offre à l'autre un animal de compagnie qui va détester son nouveau propriétaire. Situation qui va dégénérer jusqu'à la haine. King nous raconte ça de manière assez marrante, et même assez poignante car il sait où rajouter la petite touche qui fait froid dans le dos.
Quand l'auto-virus met le cap au nord
Une nouvelle parue dans une anthologie des maîtres du fantastique intitulée 999. C'est l'histoire d'un tableau hanté qui rend fou son propriétaire. Une histoire qui n'est pas mauvaise mais qui est traitée sur un thème qui n'est pas nouveau chez King, celui du tableau. Il avait bien mieux développé son idée dans Rose Madder.
Déjeuner au Gotham café
Un soir, en rentrant du boulot, un homme découvre que sa femme est partie, qu'elle le laisse. Choc. D'autant plus que, sans trop savoir pourquoi, il décide de s'arrêter de fumer à ce moment-là. Le choc de la séparation et du manque de nicotine vont faire de lui un homme sous pression et en difficultés. Et une autre difficulté s'annonce, celle du déjeuner avec les avocats. Son avocat ne peut pas venir, l'avocat de la partie adverse se fout ouvertement de sa poire, sa femme le traite comme un chien, bref il se sent dans une situation délicate. D'autant plus que le maître d'hôtel est complètement cinglé et qu'il vient de péter les plombs entre l'apéro et l'entrée. Il devient fou, pousse des cris d'hystérique, s'arme d'un impressionnant couteau et se dirige droit vers la table de notre héros. L'avocat s'interpose et se retrouve avec le visage coupé puis un trou entre les deux yeux. Et ce n'est que le début du carnage puisqu'il s'en prend ensuite à notre héros et sa future ex-femme. Lui, bon prince, fera tout pour la sauver, avec l'espoir de la reconquérir par son geste héroïque, tandis qu'elle ne fera rien pour lui sauver les fesses. Et la fin de la nouvelle restera sur ce ton bien désabusé et quelque peu ironique de King dans cette bien bonne nouvelle.
Cette impression qui n'a de nom qu'en français
Voilà une nouvelle qui m'a bien surpris sous la plume de King mais qui m'a ravi aussi. Cette « impression qui n'a de nom qu'en français », c'est le déjà-vu. Et l'héroïne, qui s'en va pour un second voyage de noces, se met à ressentir cette impression de « déjà-vu ». Une fois, deux fois, trois fois... L'enfer, c'est pas les autres, c'est la répétition. Bien écrite et surprenante.
1408
Ah! les histoires de maison hantée! Un classique, n'est-ce pas? Eh bien King s'amuse ici avec ce classique. C'est l'histoire d'un écrivain qui s'est spécialisé, sans y croire, dans les histoires de fantômes, tueurs en série, etc. Il va dans une maison hantée, sur la tombe d'un tueur en série, y passe une nuit, note ses impressions et forme avec ça un livre. Un livre qui se vend bien. Mais le truc, c'est que lui ne croit pas à ces histoires. Jusqu'au jour où il se retrouve dans la chambre 1408 d'un hôtel new-yorkais, chambre qui a connu un nombre ahurissant de morts, de suicidés, etc. La chambre est comme hantée. Le gérant de l'hôtel met bien en garde l'écrivain que la pièce est ensorcelée, mais rien ne le décourage. Jusqu'au moment où il franchit la porte, et que les manifestations bizarres, dont nous ne savons pas l'origine, se mettent en branle.
Ah, qu'elle est bonne cette histoire de maison hantée!
Un tour sur le bolid'
Voilà une nouvelle parue tout d'abord sur Internet, qui fut éditée en France et qui se retrouve dans ce recueil. Pour de plus amples commentaires à son propos, ma critique est sur le site. Sinon, il suffit de rappeler que c'est l'histoire d'un étudiant qui rentre en stop chez lui pour voir sa mère malade et que c'est la mort en personne qui le prend en stop. Une nouvelle classique mais fatale.
Petite chansseuse
Une femme de ménage trouve une pièce porte-bonheur. Ou quand tous les rêves se réalisent. Sans intérêt particulier.
Soyons maintenant un peu plus général. L'atmosphère de ce recueil diffère un peu des nouvelles que l'on a l'habitude de lire chez King. Elles ont un goût différent, mais restent très intéressantes à lire et elles ont des ingrédients classiques pour nombre d'entre elles, mais donc pas toutes pour ceux qui suivent. Le tout est bien moins noir que certains romans ou certaines de ses nouvelles plus anciennes.
Et voilà de quoi amorcer justement ce qui pourrait être le point négatif de ce recueil. King utilise à nouveau des ficelles qu'il connaît bien. Disons pour faire simple qu'il faut classer en deux catégories les nouvelles : les novatrices et les classiques. Et voilà le hic, car les classiques, quoique bien écrites et plaisantes à lire, ne rénovent pas le genre. Mise à part celle sur le thème de la maison hantée. On aborde un thème classique mais avec une certaine mise en abîme, voilà l'originalité. Or ce n'est pas le cas de toutes. Quand aux originales, elles sont moins noires que le King habituel, et ne font pas vraiment intervenir d'éléments surnaturels.
Pour résumer cette longue (désolé!) critique, nous avons ici affaire à un recueil qui ne brille pas particulièrement par l'originalité de toutes ses nouvelles. Mais la plume de King rend chacune ou presque de ces histoires prenantes. Amis de King, si vous attendiez un recueil de nouvelles, vous savez ce qu'il vous reste à faire.
  Cédric Blanchard (308 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Horreur TOP
Édition : Albin Michel, 520 p.
   Date : 4/1/2003 ajoutez votre critique

Tout est fatal
5 étoiles

    King, Stephen  lister les titres de cet auteur 
  Ce livre est magnifique de par sa rédaction originale et très prenante. Il ne nous lâche pas jusqu'à la dernière page. C'est une brique de 500 pages que j'ai dévorée en une journée tant c'était poignant. Un seul conseil : si vous êtes adeptes de l'horreur, lisez-le.
  Catherine Gérard (première critique)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : 4/1/2003 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Stephen King critiqué(s) sur le Guide

Anatomie de l'horreur
Bazaar
Brume
Ça
Ça (film)
Ça, tome 2
Ça, tome 3
cadillac de Dolan (La)
Carrie
Carrie au bal du diable
Cellulaire
Christine
Coeurs perdus en Atlantide
Colorado Kid
Cujo
Danse macabre
Dead zone
Désolation
Dolores Claiborne
Dreamcatcher
Écriture - Mémoires d'un métier
fléau (Le)
Histoire de Lisey
Insomnie
Jessie
ligne verte (La)
Magie et cristal
Minuit 2
Misery
petite fille qui aimait Tom Gordon (La)
Rêves et cauchemars
Rose Madder
Sac d'os
Salem
Shining
Simetierre
Stephen King, l'auteur
talisman (Le)
tempête du siècle (La)
Territoires
tommyknockers (Les)
tour sombre (La) (série)
tour sombre (La), tome 1 - Le pistolero
tour sombre (La), tome 2 - Les trois cartes
tour sombre (La), tome 3 - Terres perdues
tour sombre (La), tome 4 - Magie et cristal
tour sombre (La), tome 5 - Les loups de la Calla
tour sur le bolide (Un)
Tout est fatal
yeux du dragon (Les)
yeux du dragon (Les)

 

En ligne : 1449 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site