Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« La lecture est à l’esprit ce que l’exercice est au corps » -- J. Addison
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Coeurs perdus en Atlantide
4.5 étoiles

    King, Stephen   lister les titres de cet auteur 
  Un magnifique livre, il a su me transporter, me faire pleurer et m'emplir de nostalgie, de tristesse ainsi que de joie. Composé de plusieurs nouvelles donc, la première m'a fait ressentir au plus profond de moi l'ambiance de ces années, pour ensuite, par la seconde m'apporter toute la beauté, la contradiction et l'envie de vivre et d'être un jeune de fac des années Vietnam, avec les idéaux, l'amour, la désillusion et l'envie de se séparer de tout cela. La troisième nouvelle trouve son élégance (malheureusement) dans sa longueur. Les deux dernières nouvelles, plus courtes, bouclent le récit de manière magistrale, on comprend et on sait pourquoi on a lu tout le reste...
Bref: un chef d'œuvre!
PS: ne jamais voir le film!
  Kosaya (première critique)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : 2/1/2009 ajoutez votre critique

Coeurs perdus en Atlantide
2.5 étoiles

    King, Stephen   lister les titres de cet auteur 
  J'étais une adepte de Stephen King et là, je dois dire qu'il m'a énormément déçue...
J'ai trouvé ce livre malsain...
Il m'a dégoûtée et je n'ai pas réussi à finir la seconde nouvelle.
Je ne vous conseille vraiment pas de le lire, vous n'en seriez que déçus...
  Wendy (première critique)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : 6/1/2005 ajoutez votre critique

Coeurs perdus en Atlantide
2.5 étoiles

    King, Stephen   lister les titres de cet auteur 
  « Même s'il est difficile de le croire, les sixties ne sont pas imaginaires : ces années-là ont bel et bien existé. » L'histoire de convergences humaines. Trois existences réunies dans un même endroit dans un même temps et ce qu'elles sont ensuite devenues.
Le début : palpitant. Enfin : un autre roman dans le style de Ça (It). La suite : décevant. Un autre roman du genre Différentes saisons. C'est trois histoires, trois vies, reliées entre elles par des liens ténus.
« ..."la seule excuse de la littérature", à savoir l'exploration des questions de l'innocence et de l'expérience, du bien et du mal. » (Stephen King)
« Moins on en sait, plus on peut croire. » (Stephen King)
« Si l'on posait un verre d'eau à côté de Nate Hoppenstand, c'était l'eau qui paraissait agitée. » (Stephen King)
  Flo (97 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : 12/1/2004 ajoutez votre critique

Coeurs perdus en Atlantide
2 étoiles

    King, Stephen  lister les titres de cet auteur 
  Jusqu'à maintenant, j'étais une adepte de cet auteur. Mais ce livre m'a déçue. Je trouve que Stephen King décrit admirablement bien (le mot n'est pas trop fort) l'enfance, (thème souvent abordé dans ses ouvrages), le monde de l'enfance avec ses rêves, ses amitiés, son imaginaire. Mais quel dommage de mêler continuellement à cette réalité ce fantastique qui n'apporte rien à la magie de l'histoire.
  Dominique Despres (première critique)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : 5/1/2003 ajoutez votre critique

Coeurs perdus en Atlantide
4 étoiles

    King, Stephen  lister les titres de cet auteur 
  Même s'il est difficile de le croire, les sixties ne sont pas imaginaires, ces années-là ont bel et bien existé.
Stephen King donne le ton. Lui qui n'avait jamais vraiment abordé le thème des années 60 dans le fait enfin. Il faut en effet savoir que pendant la période de contestation estudiantine, l'auteur était lui-même à l'université, celle du Maine. Il y resta de 1966 à 1970.
Ce livre est composé de cinq nouvelles.
« 1960 : Crapules de bas étage en manteau jaune »
Bobby est un petit gars bien ordinaire. Il partage sa vie entre son copain John Sullivan, sa copine Carol, l'école et sa mère. Certes, son père est décédé et sa mère a du mal à joindre les deux bouts, mais il n'est qu'un enfant. Avec ses rêves, avec ses illusions. Un jour, un monsieur âgé du nom de Ted va venir s'installer dans l'appartement au-dessus de celui de Bobby. Il est plutôt solitaire, aime lire et semble un peu bizarre, mais rien de bien anormal. Bobby se prend d'affection pour ce vieux monsieur qui va lui faire découvrir de nouveaux livres. Mais surtout, il va lui proposer un petit boulot : repérer dans le quartier tout ce qui pourrait lui sembler anormal, notamment des hommes avec un imperméable jaune. Le gamin ne prend pas son colocataire au sérieux, croit qu'il se « fait un film » dans lequel il serait pourchassé. Mais quand ces hommes arrivent, et quand ils usent de leurs dons particuliers, Bobby comprend qu'il ne doit plus jouer à faire semblant. Les situations s'enchaînent ainsi jusqu'au jour où Ted se fait attraper par ces hommes et disparaît. Une page de la vie du gosse se tourne. Trop vite, à cause de quelque chose qu'il ne comprend pas, il est sorti de l'enfance. Mais les hommes en jaune n'avaient-ils pas fait référence à la tour sombre??
C'est une nouvelle assez longue (270 pages) qui ouvre ce recueil. Mais si on est bien dans le style de King, je n'ai pas trouvé cette nouvelle très percutante. Et surtout, on ne saisit pas bien son importance. King nous promet quelque chose sur les années 60, sur l'Atlantide comme il dit lui-même, sur ce continent englouti que sont les années 60, au moins aux yeux de ceux qui ont vécu cette période. Mais le lecteur ici n'accroche pas. Pour la comprendre vraiment, il faut en fait persévérer et découvrir le reste du livre qui donnera un second souffle à cette nouvelle. En voulant introduire le sujet, King s'est laissé emporté par sa plume, et c'est là le défaut de cette première nouvelle.
Mais :
« 1966 : Chasse-cœurs en Atlantide »
Nous quittons les personnages de la nouvelle précédente (mise à part Carol) pour découvrir un jeune homme, à sa première année en 1966 à l'Université. La contestation née de la guerre du Viêt-Nam commencera cette année-là. La nouvelle débute par la description de l'ambiance à l'université, toute concentrée autour du démon du jeu, ici celui du chasse-cœur. Le chasse-cœur, pour ceux qui ne connaissent pas, correspond au jeu de la dame de pique, disponible avec Windows pour tous ceux qui s'ennuient au bureau ;) . Eux étaient étudiants mais cela ne les empêchait pas de jouer, jusqu'à compromettre leurs études. Et tous ceux qui ne faisaient pas d'études étaient à l'époque susceptibles de partir pour le Viêt-Nam. Mais la nouvelle va finir par tourner autour de ce sujet. Les idées pacifistes vont naître, et finir par se propager très vite, les jeunes étant écœurés par l'absurdité de la situation. Du jeu de cartes, les jeunes (Carol la première) vont finir par se convertir au pacifisme.
King aborde enfin dans cette seconde nouvelle, avec aucune notion de surnaturel, d'horreur ou quoi que ce soit qui fait sa signature, le thème des sixties. La contestation anti-Viêt-Nam a fait couler beaucoup d'encre et fait défiler de la pellicule, et un auteur américain avec un tel rayonnement ne pouvait se permettre de passer à côté du sujet. Et on sent que King n'est pas forcément très à l'aise dans cette situation. En fait, on sent qu'il a bien construit toute son intrigue, mais on cherche encore dans cette deuxième nouvelle une vraie réflexion sur le sujet. Certes, King présente la naissance de la révolte, mais le lecteur n'y croit pas encore. Mais ne désespérez pas car :
« 1983 : Willie l'aveugle. »
Willie était un personnage secondaire de la première nouvelle. On le retrouve des années après la fin de la guerre. Il est devenu un homme rangé, alors que son adolescence avait été chaotique. Il a fait le Viêt-Nam comme tant d'autres, et s'en est sorti. Mais les années soixante l'ont marqué. Il se rappelle notamment avec beaucoup de peine une de ses erreurs d'ado, celle d'avoir tenu une gamine de 11 ans (Carol) pendant que son copain la frappait à coup de batte de base-ball. C'est de là que tout est né pour lui. Sa violence, son engagement au 'Nam comme une manière d'expier ses erreurs. Mais rien n'y fait et aujourd'hui encore, chaque jour il fait pénitence. Sa vie ne sert qu'à ça. Tous les jours, il s'installe devant une Église, se maquille en aveugle et fait jouer la charité sur ses blessures de guerre. Enfin les sixties sont abordées par le biais de la cicatrice laissée par la Guerre du Viêt-Nam dans la population. Ici, avec Willie, c'est une manière pour lui d'expier quelque chose de plus personnel et d'exploiter sans aucune rancune quelque chose sur lequel il ne peut cracher. Cet appel à la générosité sur une fausse infirmité de guerre est un moyen de cracher sur cette époque.
« 1999 : Pourquoi nous étions au Viêt-Nam? »
À l'occasion d'un enterrement, deux compagnons d'infortune lors d'une embuscade vietnamienne se rappellent leurs souvenirs communs. L'un explique comment sa vie a été marquée, les jours passant, par un meurtre commis par l'un des leurs pendant la guerre. Cet homme est lui aussi marqué par l'injustice qu'il a vue là-bas. Son compagnon raconte quelque chose de similaire. Les deux protagonistes s'accordent à dire que toute leur génération est morte avec une guerre qui n'est pas finie. L'Atlantide, ce sont les années 60, les années Viêt-Nam. Ces années, pendant lesquels ils étaient encore trop jeunes pour prendre la vie avec sérieux, vont les rattraper. Les conséquences de la guerre, et ces images que personne ne pourra leur faire oublier, sont les blessures de guerre les plus violentes, et celles qui ont fait perdre toutes leurs illusions à une génération, lorsque le continent a disparu avec la guerre. Enfin King aborde le problème de plein front, et ses répercussions sur la société.
« 1999 : Ainsi tombent les ombres célestes de la nuit »
Je ne vais pas révéler le contenu de la dernière nouvelle pour ne pas en briser le charme pour ceux qui liront le livre. Néanmoins, cette nouvelle apporte des réponses à beaucoup de questions, et donne un sens à tout l'ensemble, surtout à la première nouvelle.
Pour apprécier ce livre, il est nécessaire de ne pas désespérer! La première nouvelle peut sembler longue, et bien que pas désagréable à lire, elle ne répond pas à nos attentes. La deuxième permet enfin de plonger dans le vif du sujet, même si cela commence par des chemins détournés. Mais après tout, c'est toujours avec du recul que nous comprenons les choses, et c'est pour cela que les nouvelles après les années 60 ont leur intérêt et redonnent vie au livre. On comprend enfin la vision de l'auteur sur la période, sur sa manière d'interpréter les conséquences dans la société. King reste tout au long de ce livre bien loin de ses thèmes de prédilection, mais il s'en sort plutôt bien. Surtout, il faut continuer à croire dans le livre pour vraiment s'en sortir. Et là il prend tout son charme.
Pouvant paraître long de prime bord à se mettre en place, l'auteur aborde néanmoins un thème très intéressant, dans un livre qui devient captivant avec les dernières nouvelles.
Serez-vous prêts pour ce livre hors norme de King???
  Cédric Blanchard (308 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique

Coeurs perdus en Atlantide
2 étoiles

    King, Stephen  lister les titres de cet auteur 
  Je ne croyais pas un jour accorder seulement 2 étoiles à un auteur comme Stephen King, étant une grande fan de son écriture. Malgré tout, je me vois cette fois-ci contrainte de lui accorder ce pointage à la suite de la lecture de son dernier roman qui en fait n'en est pas un, puisqu'il s'agit plutôt de quatre nouvelles. La première commence dans l'atmosphère de ses récits habituels et promettait d'être fascinante. Quelle ne fut pas ma déception quand je me suis aperçue que l'histoire était terminée et que je devais en commencer une autre dont il ne vaut même pas la peine de parler puisque le reste du bouquin est totalement sans intérêt, je dois l'avouer. Donc, si vous êtes un adepte de King, ne lisez pas ce livre car cela pourrait vraiment vous décevoir!
  Émilie Guertin (3 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Horreur TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Stephen  King critiqué(s) sur le Guide

Anatomie de l'horreur
Bazaar
Brume
Ça
Ça (film)
Ça, tome 2
Ça, tome 3
cadillac de Dolan (La)
Carrie
Carrie au bal du diable
Cellulaire
Christine
Coeurs perdus en Atlantide
Colorado Kid
Cujo
Danse macabre
Dead zone
Désolation
Dolores Claiborne
Dreamcatcher
Écriture - Mémoires d'un métier
fléau (Le)
Histoire de Lisey
Insomnie
Jessie
ligne verte (La)
Magie et cristal
Minuit 2
Misery
petite fille qui aimait Tom Gordon (La)
Rêves et cauchemars
Rose Madder
Sac d'os
Salem
Shining
Simetierre
Stephen King, l'auteur
talisman (Le)
tempête du siècle (La)
Territoires
tommyknockers (Les)
tour sombre (La) (série)
tour sombre (La), tome 1 - Le pistolero
tour sombre (La), tome 2 - Les trois cartes
tour sombre (La), tome 3 - Terres perdues
tour sombre (La), tome 4 - Magie et cristal
tour sombre (La), tome 5 - Les loups de la Calla
tour sur le bolide (Un)
Tout est fatal
yeux du dragon (Les)
yeux du dragon (Les)

 

En ligne : 1983 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site